AfriqueJet Actualités

Actualité & informations - Actualités Africaines

Jeu09182014

Last updateJeu, 18 Sep 2014 3pm

Back Information News Afrique Ouest Actualités Afrique du Nord Algérie: La candidature de Bouteflika dans la presse française

Algérie: La candidature de Bouteflika dans la presse française

Paris, France - La candidature du président algérien sortant, Abdelaziz Bouteflika pour sa propre succession lors de la présidentielle du 17 avril prochain en Algérie et la répression dont ont fait l'objet les manifestants contre cette candidature, ont été l’un des points forts de l’actualité africaine dans la presse française cette semaine.


Sous le titre «Algérie, le candidat Bouteflika a parlé! », 'L’Humanité', quotidien proche de la Gauche, tout en déplorant que seule la TV algérienne fut autorisée à le filmer et l’enregistrer, a fait remarquer que le président algérien a annoncé 'd’une voix à peine audible' sa candidature au scrutin présidentiel du 17?avril.

«?Je suis venu déposer officiellement ma candidature, conformément à l’article 74 de la Constitution et à la loi électorale?», est la seule phrase prononcée publiquement, par le président algérien, depuis plus de dix mois devant la caméra de la télévision, regrette 'L’Humanité'.

Commentant cette arrivée lundi au siège du Conseil constitutionnel, le journal a écrit que le président-candidat Bouteflika était accompagné de son frère et conseiller spécial, Saïd Bouteflika et que face à la caméra, le président algérien a même souri (cela faisait un moment qu’il ne l’avait pas fait).

Bouteflika, qui est également arrivé accompagné d’une dizaine de fourgons transportant plus de quatre millions de signatures (il n’en faut que 85.000) exigées par la loi pour le dépôt de candidature, 'L'Humanit'é estime qu’avec un si grand nombre de signataires, l’élection présidentielle est déjà pliée.

« Le mouvement anti-Bouteflika durement réprimé », s’indigne 'L’Humanité' qui indique que depuis l’annonce de la candidature d'Abdelaziz à la présidentielle du 17 avril, les manifestations se sont multipliées dans le pays avec des slogans comme 'Vive l'Algérie', 'Algérie libre et démocratique', scandés par les manifestants composés, en majorité, de jeunes en plein centre-ville d'Alger.

'Nous en avons marre de cet homme à demi-mort et des voyous qui l'entourent. Il faut que l'équation politique change', a affirmé un candidat, chef d'un parti politique, qui a renoncé à se présenter à la présidentielle, a souligné le quotidien proche du Parti communiste français.

Abondant dans le même sens que son confrère, 'La Croix', sous le titre « L'Algérie sous le coup de la candidature Bouteflika », écrit qu’en quelques mots à peine audibles, Abdelaziz Bouteflika a fait acte de candidature à Alger devant le président du Conseil constitutionnel lundi, veille de clôture des dépôts de candidature.

Sur la réaction des autres candidats à la présidentielle, 'La Croix' poursuit que: « C'est chose faite » parce que les autres candidats à la présidence se sont retirés, que l'élection du 17 avril n'est plus qu'une simple formalité.

Sous le titre évocateur « Algérie : Bouteflika dépose sa candidature à la présidence, plusieurs candidats se retirent », 'Le Monde' relève que le président sortant, âgé de 77 ans et victime d’un grave accident vasculaire en avril 2013 et soigné en France pendant trois mois, n’a pas les capacités à gouverner, selon ses opposants.

Ses partisans, écrit 'Le Monde', citent comme exemple la chancelière allemande Angela Merkel, élue à trois reprises, affirmant qu’elle pourrait « se présenter à un quatrième, voire à un cinquième mandat, pourquoi eux sont meilleurs que nous? »

Dans le même ordre d'idées, le 'Quotidien du soir' a expliqué que face à cette candidature pour un quatrième mandat, beaucoup d’Algériens, regroupé dans un mouvement baptisé «Barakat !» (« ça suffit »), ont laissé éclater leur désaccord en manifestant bien que dispersés de manière musclée et certains arrêtés par les forces de l’ordre.

«Arrestation de plusieurs manifestants hostiles à Bouteflika », titre 'Le Parisien' qui indique qu’une quarantaine de manifestants hostiles à un quatrième mandat de Bouteflika ont été arrêtés à Alger dont des journalistes,  des militants d’une ONG.

Dans un autre article, intitulé « les candidats renoncent face à la machine à élire Bouteflika », 'Le Parisien' affirme que l'opposition ne cesse de crier au scandale et appelle au boycott.

«La candidature désormais officielle du président sortant a aussi refroidi de nombreux candidats, qui jettent l'éponge', souligne le quotidien, révélant que sur une centaine de postulants au fauteuil de président algérien, seuls six candidats ont déposé leurs dossiers, les autres estimant que les «jeux sont faits».

L'ancien Premier ministre, Ahmed Benbitour tout comme l’ex-commandant de la Marine algérienne, le général Mohand Tahar Yala et un jeune candidat franco-algérien, Kamel Benkoussa y ont renoncé, indique le journal.

Au jour de la clôture officielle des candidatures à la présidentielle, douze dossiers ont été déposés et le Conseil constitutionnel doit les examiner et donner son agrément un mois avant le début des votes.

Pana 10/03/2014