AfriqueJet Actualités

Actualité & informations - Actualités Africaines

Mar09022014

Last updateMar, 02 Sep 2014 6pm

Back Information News Afrique Ouest Actualités Afrique Centrale Centrafrique: L'Union africains renforce la protection des civils

Centrafrique: L'Union africains renforce la protection des civils

Protection des civils en Centrafrique – Davantage de troupes seront déployées en République centrafricaine (RCA) agitée  par des conflits sociaux, pour “renforcer” la lutte contre les groupes rebelles, selon le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africain, (CPS)  réuni samedi à Addis-Abeba.

Le Conseil de 15 membres s'est réuni pour examiner la situation sécuritaire en RCA, suite aux récents massacres de travailleurs humanitaires, acte que le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) qualifie de “démon de la purification religieuse”.

Quatre Unités de police constituées, forte chacune de 140 éléments, vont porter à 560 les effectifs des Brigades de police anti-émeute sur le terrain, tandis que l'envoi de 350 soldats supplémentaires, spécialisés dans le génie et les transmissions a été approuvé par le CPS.

“Le but de ce déploiement de la Mission internationale africaine de soutien en  Centrafrique, sous conduite africaine  (MISCA), est de faciliter la phase initiale de stabilisation de la situation, afin de baliser la voie à des engagements plus fermes et plus soutenus de la communauté internationale”, indique le communiqué du CPS à l'issue de la réunion tenue à Addis-Abeba.

“La situation demeure inquiétante dans certaines localités et les efforts en cours devraient être poursuivis avec vigueur pour renforcer la protection des populations civiles, parachever la neutralisation des groupes armés et créer un environnement propice au retour rapide des personnes déplacées”, indique l'UA.

Le Comité international de la Croix-rouge  (CICR), la Grande Bretagne et l'Irlande ont déclaré leur 'profonde tristesse et leur émoi” suite au massacre de deux de leurs agents samedi par des hommes armés en RCA.

M. Antonio Guterres, patron du HCR, a affirmé au Conseil de sécurité des Nations unies que la  violence en RCA est l'une des pires crises au monde qu'il a vues durant ses huit années à la tête du HCR. “La situation est dramatique et les réfugiés arrivent meurtris, affamés et extrêmement vulnérables, après avoir marché et s'être cachés dans la forêt pendant des jours et des semaines”, a déclaré   M. Guterres.

Il a même annoncé que cette crise 'est sans commune mesure' avec les précédentes qui ont déjà secoué le RCA” où au moins 290.000 personnes ont été forcées à fuir leurs maisons, depuis le coup d'Etat militaire mené par les ex-rebelles de la 'Seleka' qui ont renversé l'ancien président, Francois Bozize.

Le CPS de l'UA a salué les progrès déjà réalisés pour faciliter le déploiement total d'une force de  6.000 éléments, autorisée par le MISCA et la mise en œuvre des plans de déploiement. Il se félicite également du retour à la normale dans certaines localités sous contrôle de la MISCA et de l'opération française, 'Sangaris'.

Il a noté la reprise graduelle des activités dans certaines localités et salue également la  création d'un corridor humanitaire pour jouer le rôle de centre de surveillance pour les opérations   humanitaires, tandis que le Conseil de sécurité des Nations unies entend rédiger une Résolution pour la reprise des opérations de maintien de la paix en RCA.

La crise en Centrafrique s'est aggravée avec l'apparition du groupe rebelle de la 'Seleka', qui a provoqué la naissance d'un groupe antagoniste, les 'anti-Balaka', provoquant ainsi la montée de la violence, qui cible désormais la communauté musulmane et pourrait favoriser l'entrée en conflit de groupes du terrorisme international.

L' UA espère que le transfert de l'autorité de la MISCA à une mission mandatée et approuvée par les Nations unies sera effectif d'ici le 14 septembre, en insistant sur  le fait que la décision autorisant les Nations unies à prendre le relais dans les opérations de maintien de la paix en RCA doit recueillir l'aval ferme du gouvernement. Elle tient, également, à ce que le Conseil de sécurité des Nations unies accorde un rôle accru aux leaders de la région dans les plans de maintien de la paix en RCA.

Pana 10/03/2014