AfriqueJet News & Informations

Actualités France | News et informations du jour Afrique

Ven10242014

Last updateVen, 24 Oct 2014 9am

Back Information News All Africa Actualités Afrique du Nord Transport illégal de pétrole en Libye

Transport illégal de pétrole en Libye

Le Premier ministre libyen menace de faire bombarder un pétrolier battant pavillon nord-coréen - Le Premier ministre libyen, Ali Zeidan, a affirmé samedi que le pétrolier battant pavillon nord-coréen qui est en train de charger illégalement le brut à partir du port d'al-Sidera (est) sera bombardé au cas où il n'obtempère pas aux ordres.

'Si jamais le bateau est bombardé, cela provoquera une catastrophe environnementale', a averti M. Zeidan, affirmant que 'la responsabilité incombera à la Corée du Nord où le bateau est immatriculé'.

Le Premier ministre a ajouté que le procureur a émis l'ordre d'arraisonner le pétrolier, d'arrêter son équipage et de saisir les armes qui se trouvent à bord.

'Des ordres ont été donnés à des forces armées pour se diriger vers la région d'al-Sidera refusant de donner davantage de précisions sur ces forces et la nature de leur mission.

M. Zeidan a indiqué que le pétrolier baptisé 'Morning Glory' a été intercepté vendredi soir dans les eaux territoriales libyennes et que des ordres ont été donnés à l'état-major de l'armée pour bombarder le navire conformément aux directives données dans ce sens à l'encontre de tout navire qui tente illégalement d'entrer dans les ports pétroliers libyens sans l'autorisation des autorités légales du pays.

Il a reconnu que ces ordres n'ont pasété appliqués , promettant qu'une enquête sera effectuée à ce sujet.

Il a ajouté que cette entrée était  'une violation du droit international', soulignant que le bateau opérait pour un armateur d'un des pays du Golfe  qui n'a pas encore été identifié.

Selon M. Zeidan, l'ordre a été donné par téléphone au capitaine du pétrolier pour quitter, mais en a été empêché par les gardes armés qui contrôlent le port depuis juillet dernier.

Le porte-parole de la Compagnie nationale de pétrole (NOC), Mohamed al-Harairi, a affirmé plus tôt dans une déclaration à la presse que le bateau 'Gloire du matin', opérant pour une société saoudienne, a accosté à 6 h (4h GMT) au port d'al-Sidera et était en train de charger du brut illégalement.

Des gardes pétroliers bloquent depuis juillet dernier les terminaux pétroliers de l'Est libyen, protestant d'abord contre la vente du brut sans unités de mesure avant de transformer leur mouvement pour réclamer l'autonomie de la Cyrénaïque.

Leur chef, Brahim Jodhrane, avait proclamé la création d'un bureau politique de la Cyrénaïque avant de constituer par la suite un Conseil exécutif, sorte de gouvernement local dans une nouvelle escalade du bras de fer avec les autorités du pays.

Au cours d'une conférence de presse, samedi, le président du Conseil exécutif, équivalent de premier ministre du gouvernement autoproclamé, Abd Rabou al-Barassi, a annoncé le début des exportations du pétrole à partir du port d'al-Sider.

Selon lui, il ne s'agit pas d'un acte de défiance du gouvernement central de Tripoli qu'ils ont accusé d'avoir ignoré leurs doléances.

'Nous n'avons fait que recouvrer les droits de la Cyrénaïque marginalisée depuis longtemps', a-t-il ajouté, rassurant les Libyens sur le fait que les revenus tirés des exportations seront répartis en parité entre les trois régions historiques lors du système fédéral appliqué en 1951: la Cyrénaïque (est), la Tripolitaine (ouest) et le Fezzan (sud).

Cette crise a fait chuter la production à 250.000 barils par jour contre 1,5 million avant le déclenchement de ce mouvement.

Les pertes occasionnées par la crise de l'industrie pétrolière libyenne sont estimées à 10 milliards de dollars américains, selon le ministère du Pétrole.

Début janvier, la NOC avait mis en garde ses 'partenaires et toutes les autres entités' d'envoyer leurs navires pour se ravitailler dans ces ports, affirmant qu'elle est la seule habilitée à vendre le pétrole,  le gaz et leurs produits dérivés.

La NOC avait décidé, le 3 janvier dernier, de maintenir l'état de force majeure imposé en août  dans les ports pétroliers de Ras Lanouf, al-Sedra et Zueitina après leur blocage par  des éléments de la garde des installations pétrolières dans l'est du pays.

Pana 10/03/2014