AfriqueJet Actualités

Actualité & informations - Actualités Africaines

Ven08222014

Last updateJeu, 21 Aoû 2014 7pm

Back Information News Afrique Ouest Actualités Afrique du Nord La conférence de Rome et l'extradition de Saadi Kadhafi à la Une

La conférence de Rome et l'extradition de Saadi Kadhafi à la Une

Tripoli, Libye - La presse parue cette semaine en Libye a largement commenté l'extradition par le Niger de Saadi Kadhafi, fils de l'ancien dictateur libyen, Mouammar Kadhafi, et la deuxième conférence internationale des pays amis de la Libye, tenue jeudi à Rome, en Italie, et sanctionnée par un engagement de ce pays à poursuivre son processus démocratique.

Les journaux libyens se sont focalisés aussi sur l'irruption de protestataires, le 2 mars dernier, au siège du Congrès national général (CNG, Parlement)  qui ont saccagé les meubles et blessé des députés.

'La remise de Saadi Kadhafi aux autorités libyennes et son incarcération en prélude à son jugement, ont suscité une large satisfaction dans la rue libyenne, notamment auprès des jeunes qui ont le plus eu l'opportunité de côtoyer le fils de Kadhafi ou plutôt la frange qui a été la plus lésée par ses comportements', écrit le journal 'al-Wassat'.

Dans une analyse intitulée 'l'arrestation de Saadi remet sur la sellette le sort de la famille Kadhafi', le journal indique que cette réalisation est à mettre à l'actif du gouvernement libyen dans ses efforts de traque de la famille Kadhafi en resserrant l'étau autour de ses membres et leurs mouvements, dans le but de neutraliser leurs éventuelles actions de nature à mettre en péril la sécurité de la Libye à partir des pays voisins, comme ce fut le cas durant les événements dans le sud en janvier.

Pour 'al-Wassat', la gravité des événements du Sud s'est manifestée par l'occupation de la base aérienne de Tamenhant et les affrontements armés dans la ville de Sebha ayant fait plusieurs victimes, des faits qui font remonter à la surface le sort de la famille Kadhafi dont certains ont été tués, d'autres arrêtés et le reste en fuite à l'étranger.

Selon le journal, il n'est pas exclu que le gouvernement libyen ait promis ou se soit accordé avec le gouvernement nigérien sur l'activation de projets d'investissements antérieurs, signés avec l'ancien régime. 

'al-Wassat' a rapporté des informations relayées par les réseaux sociaux selon lesquelles, l'extradition de Saadi Kadhafi a fait l'objet d'une grande transaction financière entre le gouvernement libyen et son homologue du Niger, une information démentie par des sources officielles libyennes, ajoute le journal.

Mais le quotidien électronique penche plutôt pour un arrangement conclu entre les deux pays portant sur l'activation de projets d'investissements dans le cadre du Portefeuille d'investissement 'Libya Profilio' d'un montant de plus de sept milliards de dollars destinés à l'Afrique.

Dans sa couverture de la deuxième conférence internationale de soutien à la Libye, tenue le 6 mars à Rome, le journal 'al-Watan libya'  s'est fait l'écho de la Déclaration finale dans laquelle, la Libye s'est engagée à favoriser les conditions politiques nécessaires pour la réalisation du processus de transition démocratique et à garantir la sécurité sur la base de la primauté de la loi, en coopération avec ses partenaires internationaux.

Selon le journal, la délégation libyenne s'est également engagée, dans la Déclaration finale adoptée jeudi soir à Rome, à parvenir à un large consensus autour de la gestion de la transition, afin d'assurer une passation pacifique du pouvoir à un nouvel organe élu, de manière à favoriser la stabilité et la démocratie, loin de la violence.

'Les partenaires internationaux de la Libye ont, de leur côté, fait part de leur disponibilité à soutenir le dialogue national et la réconciliation, étant donné qu'ils représentent la clé de la stabilité et appelé à une participation effective de la femme dans le processus de prise de décision en Libye à tous les niveaux', écrit 'al-Watan'.

Selon ce journal, les participants se sont félicités de l'élection de la Commission constitutionnelle, estimant qu'elle avait démontré l'engagement de la Libye à respecter les principes de la démocratie.   

Revenant sur la conférence de Rome, le journal 'al-Wassat' s'est appesanti sur l'attitude des pays occidentaux, rapportant que les partenaires occidentaux de Tripoli ont fait part de leurs inquiétudes et demandé aux autorités de déployer de plus grands efforts pour lancer un vrai 'un dialogue national'.

Le quotidien a cité le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, qui a évoqué une 'situation préoccupante' en raison d’une 'sécurité mal assurée, d’actes et de risques terroristes, notamment dans le sud, et parce que la situation politique est instable'.

Sur le plan de la sécurité,  le chef de la diplomatie française a annoncé une initiative franco-allemande pour la construction et la 'sécurisation' de dépôts d’armes dans ce pays immense aux frontières difficilement contrôlables.

Le quotidien 'Febraer' s'est intéressé quant à lui à l'envahissement par des protestataires opposés au prolongement du mandat du Congrès national général du siège du Congrès, blessant des parlementaires et saccageant les meubles de la salle de réunion.

Le journal a rapporté l'intervention du président du CNG dans laquelle, il a souligné la nécessité de trouver une voie rapide pour organiser des élections dans les plus bref délais, ainsi qu'un référendum permettant d'élire directement et/ou indirectement un Conseil de transition, un autre Congrès national, un Parlement présidentiel ou parlementaire.

'Des contacts sont tenus avec la Commission dite Février, chargée de la révision de la Déclaration constitutionnelle et de l'élaboration d'une nouvelle loi électorale qui présentera un rapport dans ce sens', a indiqué le journal, citant Abousahmein.

Le président du CNG a, selon 'Febraer', déploré 'l'agression flagrante contre le Congrès, siège de la souveraineté', saluant 'les révolutionnaires qui ont protégé les bâtiments'.

'Il a mis en garde ceux qui utilisent certains jeunes et les encouragent à commettre des actes illégaux en les finançant et les dotant d'armes et de munitions pour perpétrer des agressions contre des institutions publiques', a ajouté le journal.

Le siège du Congrès a été la cible de plusieurs assauts de la part de groupes armés, notamment le 13 août dernier lorsque des Amazighs  (minorité berbère) armés réclamant l'inscription de leur langue dans la future Constitution du pays, ont fait irruption dans la salle, saccageant les équipements et meubles, a rappelé le journal qui a évoqué l'assaut de mars perpétré par un groupe armé pour contraindre les députés à voter la loi de l'exclusion politique des anciens collaborateurs du régime de Kadhafi.

Pana 09/03/2014