AfriqueJet News & Informations

Actualités France | News et informations du jour Afrique

Sam11012014

Last updateSam, 01 Nov 2014 11am

Articles

Cameroun: Participation remarquable au maintien de la paix en Afrique

Douala, Cameroun - Le Cameroun a toujours pris une part active dans les opérations de maintien de la paix (OMP) initiées aussi bien par l’Organisation des Nations Unies (ONU) que par l’Union africaine (UA) en Afrique, a appris la PANA, ce jeudi, de source militaire.

Les différents contingents camerounais ont souvent été constitués de militaires, de policiers, d’observateurs militaires et autres.

«Toutefois, relève le colonel Yamba de la 2ème Région militaire du Cameroun, la participation des Forces de défense du Cameroun (FDC) aux opérations de maintien de la paix (OMP) à travers le continent africain, revêt tantôt la forme individuelle, tantôt la forme collective, selon les niveaux stratégiques, opératifs et/ou tactiques des OMP».

Selon cet officier supérieur de l’armée camerounaise, la participation individuelle aux OMP est une participation minimale en hommes, car ce sont des militaires ou policiers qui ont des contrats individuels et travaillent, soit au niveau opératif, soit au niveau stratégique.

Pourtant, la participation collective, quant à elle, renvoie à la participation par unités constituées, ce sont des contingents dont les membres évoluent ensemble.

Dans l’ensemble, la participation des FDC dans les OMP en Afrique est assez souvent individuelle, comme cela a été le cas au Darfour, en Angola, en RDC, au Rwanda, en RCA, en Côte-d’Ivoire et au Mali.

«Dans ces cas, de nombreux sous-officiers et officiers des FDC ont été envoyés sur demande de l’ONU et/ou de l’UA à titre d'observateurs. Ils arrivent souvent à se retrouver au niveau opératif et même stratégique, soit à cause de leurs compétences individuelles, soit alors par le biais des places réservées au Cameroun », a confié le colonel Louis Marie Kouma.

«En 1995, un contingent de 20 militaires camerounais est intervenu au Sud Kivu (RDC) à la demande du Haut-Commissariat des Réfugiés; par la suite, un groupe de 3, puis de 5 officiers sont également intervenus au Rwanda et en RDC comme observateurs en 1995.

'Un officier d'état-major de nos forces a également participé à la Mission de l'Organisation des Nations Unies au Congo (MONUC), qui assure la mise en œuvre de l'accord de paix dans ce pays», renseigne-t-il.

Pour un géostratège et enseignant d’université, Vincent Ntouda Ebode le gouvernement camerounais a mis à la disposition de la Mission des Nations Unies en République Centrafricaine (MINURCA), le 8 février 1999, un personnel pour la formation de la police civile.

A l'expiration du mandat de la MINURCA en février 2000, un officier supérieur camerounais occupait les fonctions de chef de l'instruction de la police civile, fonction qui été maintenue dans le cadre du bureau d'Appui des Nations Unies pour la Consolidation de la Paix en République Centrafricaine (BONUCA).

En juillet 2009, un autre élément des FDC occupait le poste d'officier supérieur chargé de la logistique au sein de la Mission de l'Union africaine en Somalie (AMISOM)».

Toujours dans le cadre de leur participation individuelle en Afrique, les Forces de défense camerounaise sont intervenues par contingent de quatre officiers pour le compte de l'UA au Sud Soudan (MUAS au Darfour) dans le cadre du `'Darfour DESK' (programme de suivi des opérations pour le compte de l'UA).

Dès 2005, des contingents portés à 10, puis à 20 observateurs s'y sont succédé. Depuis le passage de la Mission de l'Union Africaine au Soudan (MUAS) à la Mission des Nations Unies au Darfour (MINUAD), ce sont des groupes de 5 officiers qui se relayaient.

En Ethiopie, un officier camerounais fait partie de l'état-major de la Force africaine en Attente (FAA), et en Côte d'Ivoire depuis 2003, un autre fait partie de l'état-major de la mission de l'Organisation des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) en qualité de représentant militaire du Président de la Commission de l'UA », précise, un enseignant permanent à l’Institut des Relations internationales du Cameroun (IRIC), Jean Kenfack.

L’on se souvient aussi que des policiers camerounais étaient de la mission humanitaire à Goma (Zaïre) en 1994 et 1998-2000, et plus tard dans le cadre de la MONUC en RDC en 2006.

« Par ailleurs, les FDC n'ont pas souvent participé aux OMP de manière collective en unité constituée. Le cas de la RCA reste encore unique. A ce propos, depuis 2008, le Cameroun est présent en RCA aux côtés des autres pays de la CEEAC pour la mission de consolidation de la paix dans ce pays', a révélé M. Kenfack.

'Il s'agit d'un contingent de 107 personnes en sus de 4 officiers d'état-major et de 12 personnels d'appui et du chef d'état-major. Et depuis juin 2013, dans le cadre de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous la conduite africaine (MISCA) décidée par le Conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine (CPS-UA), le Cameroun a encore envoyé 517 militaires et 320 policiers, soit au total 837 éléments », a souligné le colonel Yamaba.

« C’est la première fois que le Cameroun sorte avec un aussi grand effectif depuis sa participation dans les missions de maintien de la paix en Afrique », assure-t-il.

Et comme une cerise sur le gâteau, ce sont deux généraux de brigade camerounais qui se sont succédé à la tête de ces missions en RCA, respectivement en 2009 où Hector Marie Tchemo était commandant de la MUNURCA et depuis 2013, Tumenta Chomu Martin, est le commandant de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (MISCA).

D’autres Camerounais ont également occupé de hautes fonctions à portée politique à l’ONU dans le cadre des Missions d’opération de maintien de la paix en Afrique.

Il s'agit de Jacques Roger Booh Booh (représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU à la MINUAR au Rwanda avec rang et prérogatives de Secrétaire général adjoint de l’ONU), d’Amos Namanga Ngongi (Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU à la MONUC en RDC avec rang et prérogatives de Secrétaire général adjoint de l’ONU).

Il en est de même de Me Bernard Acho Muna (3 fois Bâtonnier de l’Ordre des avocats du Cameroun) procureur adjoint du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) de 1997 à 2002, de Paul Bamela Engo comme juge au Tribunal International sur le droit de la mer à Hambourg, de Dooh Kingue au poste de Directeur général de l’UNITAR (Formation et Recherche) avec rang et prérogatives de Secrétaire général adjoint de l’ONU.

A en croire les sources militaires, les FDC participent aussi aux OMP dans le cadre de la formation et des activités de préparation aux OMP.

En effet, avec la création de la Force africaine en attente (FAA) et la mise sur pied des brigades régionales devant la composer, le Cameroun prend une part active à sa montée en puissance au sein de la force multinationale de l'Afrique Centrale (FOMAC, institution de la CEEAC) et du mécanisme d'alerte rapide de l'Afrique Centrale (MARAC, institution de la CEMAC).

Le Cameroun est également en compétition avec l'Algérie pour abriter la Base logistique continentale (BLC) où devrait être stocké le dispositif logistique appelé à être affecté aux missions de paix initiées et conduites sous la bannière des institutions africaines.

Sur le plan de la logistique, le Cameroun qui, dans sa coopération avec l’ONU et l’UA, met ses infrastructures portuaires et aéroportuaires à la disposition des OMP, ne dote pas toujours ses troupes de leurs logistiques propres, compte tenu du coût élevé des équipements militaires.

L’Etat doit d’abord équiper complètement ses militaires en matériels divers et attendre plusieurs mois pour obtenir le remboursement par l’ONU ou l’UA des dépenses souvent lourdes qu’il a engagées.

«Cette longue procédure pose problème aux pays africains », observe Vincent Ntouda Ebode.

Selon des sources militaires et du ministère des Relations extérieures (MINREX), même si les effectifs (non disponibles) des troupes régulièrement mobilisées par le gouvernement camerounais n'ont pas encore inscrit le pays au registre des principaux contributeurs en hommes au sein des contingents multinationaux de maintien de la paix en activité sur le continent africain, le rendement des Forces de défense camerounaises est très apprécié par les organisations onusiennes et africaines qui coordonnent le déroulement de ces missions de maintien de la paix.

Pana 07/08/2014