AfriqueJet Actualités

Actualité & informations - Actualités Africaines

Sam08022014

Last updateVen, 01 Aoû 2014 10pm

Jaber Mejri libéré en Tunisie

Libération d’un jeune blogueur condamné pour des dessins « blasphématoires» - Le blogueur tunisien, Jaber Mejri, emprisonné depuis plus de deux ans pour avoir diffusé sur Internet des caricatures jugées «blasphématoires » et « offensantes » pour le prophète Mohamed (PSL), a été libéré mardi soir, a-t-on appris auprès de son avocate Bochra Belhaj Hamida et de son comité de soutien.

Selon l’avocate, son client est « rentré chez lui à Mahdia, une ville située à une centaine de kilomètres au sud-est de Tunis. Elle a assuré que des mesures de protection ont été prises pour assurer sa sécurité, par crainte de menaces d’extrémistes. 

Malgré la grâce présidentielle du 19 février dernier, il a été maintenu en prison à la surprise générale, suite à un mandat de dépôt émis dans une affaire de « détournement de fonds » d’une société de transport dans laquelle il travaillait.

Ses avocats ont interjeté appel et obtenu gain de cause auprès de la justice qui a ordonné sa libération provisoire, en attendant sa comparution devant le tribunal dans la nouvelle affaire de droit commun.

Le comité de soutien du blogueur considéré comme « le premier prisonnier d’opinion post-révolution en Tunisie », a salué sa libération, estimant dans un communiqué que c'est « une victoire pour l’ensemble des défenseurs de la liberté de conscience et de la liberté d’expression ».

Le comité déclare qu’il « restera actif, tant que l’ensemble des charges retenues contre Jaber Mejri seront maintenues et tant qu’il n’aura pas été réhabilité ».
 
Le jeune internaute de 29 ans avait été condamné en 2012 à sept ans et demi d’emprisonnement pour « troubles à l’ordre public » et « atteinte à la morale », le Code pénal ne sanctionnant pas le 'blasphème'.
 
Impliqué dans la même affaire, son ami Ghazi Beji, qui avait écopé d’une peine similaire, avait préféré fuir à l’étranger, en France où il a obtenu l’asile politique.

Pana 06/03/2014