Corruption FIFA : les documents du scandale

Actualité
Typographie

En Afrique du Sud, le parti d'opposition Alliance démocratique (DA) se montre très intéressé par les documents relatifs au scandale de corruption qui ébranle la Fédération Internationale de Football puisque selon lui, la Fédération sud-africaine de football (SAFA) n'aurait pas communiqué des 'informations crédibles', se limitant à tout simplement nier les accusations de corruption. En vertu de la Loi sur la promotion de l'accès à l'information (PAIA), ce parti aimerait consulter les dits documents: 'nous sollicitons tous les documents relatifs à la décision de verser 10 millions de dollars à Jack Warner de la Confédération d'Amérique du Nord, centrale et Caraïbes (CONCACAF)'; avait indiqué le Président de DA.

Dans un communiqué la DA 'estime que, de tout temps, le gouvernement doit agir avec honnêteté, transparence et dans les meilleurs intérêts de tous les Sud-Africains. Bien que nous n'ayons pas encore oublié l'euphorie suscitée par la Coupe du monde, il est tout simplement juste que les officiels impliqués rendent compte au peuple sud-africain'.

Une motion de convocation de Danny Jordaan (président de la Fédération sud-africaine de football) et de Molefi Oliphant (ancien Président de la Fédération) avait été rejeté en debut de semaine dernière par le Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir en Afrique du Sud.

En lieu et palce de ces dirigeants du football du pays, la Commission avait décidé d'entendre plutôt Fikile Mbalula, le ministre sud africain des sports.

Il faut dire que l'origine de toutes ces manoeuvres politques se trouve dans la publicaation, la semaine dernière, de deux lettres impliquant directement Jordaan et Oliphant. Dans ces missives figuraient aparemment une demande expresse à la FIFA de verser une somme de 10 millions de dollars sur le compte CONCACAF de Warner.

Cependant, les noms des officiels sud-africains impliqués dans les récentes allégations de corruption n'ont pas encore été révélés par les enquêteurs américains du Bureau fédéral américain des investigations (FBI) et les procureurs américains.

Selon certaines sources les fonds incriminés ne seraient que des transactions sous formme de dons destinés à soutenir le développement du football carribéen: 'un programme approuvé et nous ne pouvons pas comprendre pourquoi ceci est maintenant considéré comme un pot-de-vin....'

Des investigations préliminaires ont été diligentées par les Hawks, l'unité d'élite de la Police sud-africaine, au sujet de cette affaire de corruption.

AfriqueJet