Dim11232014

Last updateSam, 22 Nov 2014 7pm

Back Information News Afrique Ouest Céréales à prix modérés au Niger

Céréales à prix modérés au Niger

Les céréales vendues à prix modérés aux populations victimes de l’insécurité alimentaire au Niger - Les autorités nigériennes ont lancé vendredi une opération de ventes de céréales à prix modérés aux populations en proie à l’insécurité alimentaire sévère ou victimes des inondations pour les  aider à traverser la période de soudure, a constaté la PANA.

L’opération qui démarre avec une première planification de 9.500 tonnes de céréales sera effectuée dans l’ensemble du pays où les populations souffrent de l’insécurité alimentaire.

Elle a été a été lancée par la ministre du Commerce et de la promotion du secteur privé, Mme Baaré Haoua Abdou, à Koira Tégui, un quartier périphérique de Niamey, la capitale, et s'étalera sur une durée de six mois.

'Les ventes à prix modérés se feront à l'unité de mesure locale et s'étaleront dans le temps afin de favoriser une régulation des prix sur les marchés. Le prix de vente est établi à 13.000 FCFA le sac de céréales de 100 kg', indique un communiqué officiel.

Sur le marché, le sac de 100 kg de mil coûte entre 22.000 et 23.000 FCFA.

Les céréales prévues pour chacune des zones seront placées par l'Office des produits vivriers du Niger (OPVN)  jusqu'au niveau des chefs-lieux de commune, et par des transporteurs privés jusqu'au niveau des centres secondaires de vente.

Des comités de vente seront mis en place dans les communes et regrouperont les représentants des autorités administratives, municipales, coutumières, les services techniques et les représentants de la société civile.

On rappelle qu’au total, 4.197.614 personnes, soit 23,7 pc de la population du Niger, sont en insécurité alimentaire, selon les résultats d’une enquête nationale du gouvernement sur la vulnérabilité à l’insécurité alimentaire.

L’enquête prévient que les perspectives alimentaires dans les prochains mois dépendront essentiellement de l’évolution des prix des denrées alimentaires sur les marchés, de la promptitude et de l’efficacité des interventions, ainsi que de la situation sécuritaire dans la sous-région.

Selon l'enquête, une dégradation de ces facteurs limiterait l’accès des ménages à la nourriture, surtout en insécurité alimentaire sévère et modérée.

Au Niger, la dernière campagne agricole s’est soldée par un déficit de 343.566 tonnes de céréales.

Pana 28/02/2014