Lun11242014

Last updateDim, 23 Nov 2014 1pm

Back Information News Afrique Ouest Actualités Afrique du Nord Eradiquer l'esclavage en Mauritanie

Eradiquer l'esclavage en Mauritanie

Bientôt une feuille de route pour l'éradication de l'esclavage en Mauritanie - La Mauritanie adoptera au mois de mars prochain une feuille de route visant l’éradication de toutes les formes contemporaines d'esclavage, leurs causes et leurs conséquences, a révélé jeudi soir au cours d’une conférence de presse la Rapporteuse spéciale des Nations unies (ONU) sur les formes contemporaines d’esclavage, Mme Gulnara Shanian, au terme d'une mission d'évaluation de quatre jours dans ce pays.


Au cours de ce séjour, Mme Shanian a rencontré le président Mohamed Ould Abdel Aziz, le Premier ministre, plusieurs membres du gouvernement, les représentants des organisations de la Société civile et les partenaires dans le traitement du phénomène de l’esclavage.

Selon elle, l’adoption et la mise en œuvre de cette feuille de route permettra de développer des projets en matière d’Activités génératrices de revenus (AGR) au profit des communautés ciblées qui trouveraient ainsi les moyens d’échapper aux maîtres sur le plan économique.

La persistance de pratiques esclavagistes est une réalité en Mauritanie, mais,  aujourd'hui, Mme Shanian note une volonté politique des autorités de s'engager sur la voie de leur éradication.

Cependant,  au delà de ce constat, l’esclavage reste un sujet de vive polémique en Mauritanie.

Ainsi, après  la proclamation officielle de son interdiction en 1961 et en 1981, la pratique est restée présente dans la société à une grande échelle, ce qui
explique l'adoption en 2007 d'une loi la criminalisant et la réforme de 2012 en inscrivant sa prohibition dans la Constitution.

En fin 2013,  le gouvernement mauritanien a également annoncé la création d’une juridiction spéciale compétente pour réprimer le crime d’esclavage.

Toutefois, en dépit d'une production judiciaire abondante au niveau des textes, les ONG anti-esclavagistes dénoncent régulièrement 'l’impunité' dont jouissent les présumés esclavagistes qui bénéficieraient de complicités à plusieurs niveaux au sein de l’administration et de la société.

Pana 28/02/2014