AfriqueJet Actualités

Actualité & informations - Actualités Africaines

Ven09192014

Last updateVen, 19 Sep 2014 12pm

Articles

Traitement des déchets au Sénégal

La Banque islamique de développement BID débloque 17,5 milliards de F Cfa pour le traitement des déchets au Sénégal - La Banque islamique de développement (BID) a alloué une enveloppe de 17,5 milliards de F Cfa au gouvernement sénégalais, en vue d'améliorer le traitement des déchets dans les communes du Sénégal, a appris la PANA jeudi, de source officielle à Dakar.

'Je salue l’effort de nos partenaires techniques et financiers, à l’image de la BID qui a mis à notre disposition un financement de 17,5 milliards de F Cfa pour la mise en œuvre de la première phase du Programme national de gestion des déchets', a déclaré le Premier ministre, Mme Aminata Touré.

Au sortir d’une réunion avec plusieurs membres de son gouvernement tenue mercredi dans la soirée, Mme Touré a indiqué que ce Programme est prévu pour une durée de sept ans, nécessitant un financement global de 170 milliards de F Cfa.

'Nous sommes en train de trouver des solutions devant permettre d’avoir un cadre de vie amélioré. Ce programme sur sept ans, c’est environ 28 milliards de F Cfa par année. Il nous faut un financement complémentaire que nous sommes en train de chercher', a expliqué le ministre sénégalais de l'Aménagement du territoire et des Collectivités locales, El Hadji Oumar Youm.

Dans l’élaboration et la mise en œuvre du Programme national de gestion des déchets, le gouvernement du Sénégal compte davantage responsabiliser les collectivités locales, notamment les municipalités.

Selon le Premier ministre, ce programme qui vise la prise en compte de la valeur économique de la valorisation des déchets, permettra également de mettre en place des procédures de concertation et de passation de contrats avec les intervenants du secteur.

Outre les ordures ménagères, il s’agira aussi d’assurer une gestion technique et financière des autres déchets sur l’ensemble des maillons de la filière (collecte, tri, transport, valorisation, élimination, etc.), en suscitant une participation accrue des populations dans l’effort de salubrité publique.

A cet effet, le gouvernement a préparé des choix techniques et organisationnels, ainsi que des modalités de financement adaptées en vue du renforcement des capacités de la maîtrise d’ouvrage des collectivités locales.

Pana 28/02/2014