Lun11242014

Last updateDim, 23 Nov 2014 1pm

Back Information News Afrique Ouest Actualités Afrique Centrale Cameroun: Michel Thierry Atangana et Titus Edzoa libérés

Cameroun: Michel Thierry Atangana et Titus Edzoa libérés

Yaoundé, Cameroun - Le Français d’origine camerounaise Michel Thierry Atangana et le Pr. Titus Edzoa, en prison depuis 1997, ont recouvré la liberté lundi dans la nuit, a appris mardi la PANA de source autorisée.

Les deux hommes ont d'abord été condamnés à 15 ans de prison en 1997, puis à 20 ans en 2012 pour les même faits de 'détournement de deniers publics, tentative de détournement et trafic d’influence' et étaient détenus dans une cellule du sous-sol du bâtiment du Secrétariat d’Etat à la Défense (SED), à Yaoundé.

L’affaire remonte à mai 1997, lorsque Michel Thierry Atangana, alors président du Comité de pilotage et de suivi des projets routiers Yaoundé - Kribi et Ayos – Bonis est arrêté pour 'grand banditisme'.

Pour sa part, Titus Edzoa, professeur agrégé de chirurgie, a été tour à tour médecin personnel du président Paul Biya, ministre de l’Enseignement supérieur, Secrétaire général à la présidence de la République puis ministre de la Santé, avant de démissionner en avril 1997 pour se présenter à l’élection présidentielle de la même année.

Ce sera le début d'une descente aux enfers pour les deux hommes qui seront d'abord condamnés à 15 ans de prison ferme le 3 octobre 1997, puis à 20 ans de prison pour les mêmes faits en 2012, après avoir purgé la première peine.

En décidant de les libérer maintenant, les autorités camerounaises semblent avoir cédé aux multiples pressions exercées par la France, les organisations de défense des droits de l'homme et l'ONU.

Le président de la branche camerounaise du Comité de soutien à Michel Thierry Atangana, Me Marc Ndzouba, a indiqué ce mardi à la presse que M. Atangana se trouvait à l’ambassade de France au Cameroun où il a passé sa première nuit de liberté avant de rejoindre son pays d’adoption dans les prochaines heures.

'Il est heureux de retrouver la liberté et surtout de revoir ses enfants qu’il n’a plus revus depuis 17 ans. Il va aussi subir des examens médicaux approfondis en France avant de voir comment il va réorienter sa vie', a ajouté Me Ndzouba.

Pana 25/02/2014