Lun11242014

Last updateDim, 23 Nov 2014 1pm

Articles

Discrimination pour orientation sexuelle en Gambie

Société - L'Union européenne (UE) a condamné, lundi, la déclaration du président gambien, Yaya Jammeh, selon laquelle l'homosexualité dans son pays attirera "le châtiment suprême". 

Le président de la Gambie, rappelle-t-on, a fait cette déclaration, le 18 février dernier, à la cérémonie de commémoration de la fête de l'indépendance.

Affirmant que l'homosexualité ne sera jamais tolérée puisqu'elle attirera le châtiment suprême, le président Jammeh a, dans un réquisitoire, fait remarquer qu'elle est destinée à amener de la vermine dénommée homosexuels ou gays, devant être combattue de la même manière que le moustique responsable du paludisme, sinon de la façon la plus virulente possible. 

Selon lui, son pays ne tolérera aucun homosexuel, ajoutant également qu'aucune immunité diplomatique ne sera accordée à tout diplomate qui est reconnu coupable ou accusé d'être un homosexuel. "Nous n'accepterons pas des diplomates homosexuels", a-t-il laissé entendre.

"Un communiqué signé de la représentante de l'UE pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, Catherine Ashton, a indiqué que son institution est opposée à la discrimination sur la base de l'orientation sexuelle.

Pour ce faire, "l'UE qui a fustigé la déclaration incendiaire sur l'homosexualité, a insisté sur l'importance pour tous les États de respecter les termes de la Convention de Vienne sur l'immunité diplomatique.

Le communiqué a également noté que l'UE est "fermement" engagée dans la promotion des droits humains fondamentaux et les règles de droit, y compris la liberté d'association, de conscience et de parole, ainsi que de l'égalité des personnes.

Suite à ce discours, les États Unis d'Amérique ont déclaré, le 19 février dernier, "être profondément troublés par les propos haineux du président Jammeh".
     
"Tous les hommes sont égaux et doivent être capables de vivre libre de toute discrimination, y compris la discrimination basée sur l'identité et l'orientation sexuelle", a noté un communiqué du département d'Etat américain.

Appelant le gouvernement gambien à protéger les droits de tous les Gambiens, le communiqué a invité la communauté internationale à "envoyer un message clair au président Jammeh que des déclarations de cette nature n'ont pas de places dans le dialogue publique et sont inacceptables".   

"Les droits de l'homme et les libertés fondamentales sont accordés à tous les individus. Les Etats Unis sont à côté de vous où que vous soyez et qui que vous aimez", a lâché le communiqué signé par le Secrétaire d'Etat américain, John Kerry.

Pana 25/02/2014