AfriqueJet News & Informations

Actualités France | News et informations du jour Afrique

Ven10312014

Last updateJeu, 30 Oct 2014 7pm

Back Information News Afrique Ouest Santé: Pour une génération sans SIDA au Sénégal

Santé: Pour une génération sans SIDA au Sénégal

L'ONUSIDA plaide en faveur d'une 'génération sans SIDA' au Sénégal auprès du Groupe consultatif de Paris - Le directeur du Bureau régional de l’ONUSIDA en Afrique de l’Ouest et du Centre, Dr Mamadou Diallo, évalue à 18 millions d'euros le montant qui 'manque aujourd’hui au Sénégal pour financer le plan d’élimination de la transmission du VIH de la mère à l’enfant'.

Dr Mamadou Diallo, qui faisait cette déclaration ce lundi, à l'ouverture de la réunion du Groupe consultatif de Paris sur le Plan Sénégal Emergent (PSE),  estime qu'une 'génération sans SIDA est aujourd’hui possible dans le pays, avec une augmentation des ressources et un environnement social plus favorable aux interventions en faveur des populations-clé'.

'Au Sénégal, dès la découverte du premier cas de VIH en 1986, le leadership politique, l’engagement communautaire et le soutien des partenaires ont permis de remporter des succès importants dans la réponse au VIH', affirme  Dr Mamadou Diallo, au cours de cette réunion, au bureau parisien de la Banque mondiale, destinée à mobiliser  le financement d'une partie du Plan Sénégal Emergent, 2014-2018, qui prévoit entre autres, une extension de la protection sociale aux groupes vulnérables dans le pays.

Il faut rappeler qu'au Sénégal, la prévalence du VIH/SIDA est estimée globalement à 0,5%, mais elle reste très élevée chez les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (22,5%), ainsi que chez les professionnels du sexe (18,5%) et les utilisateurs de drogues (9,2%).

Par ailleurs, pour faire face à la transmission du VIH de la mère à l’enfant, dont le taux est estimé à 4%, le Sénégal a lancé en 2013 un plan d’action pour l’élimination de cette forme de  transmission, en mettant l’accent sur la prévention, le dépistage, l’accès au traitement et aux soins dans les  régions les plus touchées, telles que Sedhiou, Ziguinchor, et Kolda (entre 2 et 3% de prévalence).

Pour la mise en oeuvre de ce plan national d’élimination de la transmission du VIH de la mère à l’enfant, évalué à près de 43 millions d’euros, le gouvernement sénégalais a réussi à mobiliser  un peu plus de la moitié de la somme, tandis que le reste, soit 18 millions d'euros, pourrait faire l'objet d'une mobilisation au sein de ses partenaires réunis à Paris.

'Nous espérons que les partenaires prendront en compte les bons résultats du Sénégal dans la lutte contre le VIH, et s’engageront à ses côtés', conclut Dr Mamadou Diallo.

Pana 25/02/2014