AfriqueJet Actualités

Actualité Afrique | Actualités & informations - Actualités Africaines

Jeu04242014

Last updateMer, 23 Avr 2014 9pm

Articles

Pour un Conseil supérieur des journalistes au Bénin

Des juristes plaident pour la création d’un Conseil supérieur des journalistes - Des juristes béninois ont préconisé jeudi à Cotonou, la création d’un Conseil supérieur des journalistes (COJ) en vue de mieux maîtriser les dérapages au niveau des médias.

Présentant une communication dans le cadre des deuxièmes états généraux de la presse béninoise, sous le thème «Quel environnement juridique pour les médias au Bénin ?», le magistrat, Gilbert Togbonon, et l’Avocat, Claret Bédié, ont fustigé les nombreuses dérives de la presse béninoise.

Pour ce faire, ils ont préconisé à terme, de créer, conformément aux textes régissant la profession, l’Ordre des journalistes du Bénin pour que cette structure permette d’éviter que n’importe quel journaliste puisse se cacher derrière des sources invérifiables pour propager des rumeurs.

Plaidant pour l'amélioration du cadre juridique des médias au Bénin, les conférenciers ont  fustigé le comportement des journalistes qui amène à apprécier de la pertinence et de la mise en place d’un Ordre des journalistes.

«Il est évident que des fautes ont été commises qui n'excluent pas la malveillance au détriment de l’objectivité professionnelle. Pour éviter pareille dérive, il convient de se référer à une institution telle que le Conseil de l’Ordre des Journalistes (COJ) qui amènera les journalistes à agir de façon responsable au niveau de l'éthique et de la déontologie de leur profession» ont-ils fait remarquer.

Reconnaissant que la mission qu’un Ordre doit accomplir est déjà effectuée par l’Observatoire de la Déontologie dans les Médias (ODEM), les juristes ont indiqué que cette structure ne dispose pas de mesures coercitives.

«Il faudrait que les calomnies qui n'ont rien à voir avec le journalisme soient condamnées par la justice. C'est aux journalistes de s'assurer des sources, de leur crédibilité, et alors toute dérive volontaire ou involontaire devient inattaquable », ont martelé les juristes, soulignant la nécessité de révision de la Charte des journalistes en fonction des nouveaux moyens de communication.

Démarré mercredi dernier sous le thème « Enjeux et défis de la professionnalisation », les deuxièmes états généraux de la presse béninoise permettront de revisiter le système de formation aux métiers des médias pour une politique efficiente et utile à la corporation.

Ils permettront également de faire adopter par les acteurs des médias des pratiques professionnelles responsables au regard du code d’éthique et de déontologie de la presse, d'améliorer les conditions de vie et de travail des animateurs de médias (dans le cadre de l’avant-projet du Code d’information et de la communication).

Les participants devront par ailleurs axer leurs réflexions sur la redéfinition de mécanismes et outils d’une gestion efficace et efficiente des entreprises de presse pour accroître leur contribution à la création de richesses, entre autres.

Pana 21/02/2014