AfriqueJet News & Informations

Actualités France | News et informations du jour Afrique

Sam10252014

Last updateVen, 24 Oct 2014 11pm

Articles

Stratégie de lutte contre le terrorisme au Sahel

Sécurité : Réunion sous-régionale au Niger sur la stratégie de lutte contre le terrorisme au Sahel - Les ministres des Affaires étrangères de huit pays membres de l’Unité de Fusion et de Liaison (UFL), un organisme de lutte contre le terrorisme et le crime organisé, auquel se sont joints ceux du Sénégal, de la Guinée et de la Côte d’Ivoire, se sont réunis mercredi à Niamey, afin d’étudier les voies et moyens les plus appropriés pour la lutte contre le terrorisme et le crime organisé dans la région du Sahel.

Au cours de cette réunion, les ministres ont échangé sur la situation politique et sécuritaire dans la région sahélo-saharienne, le renforcement  de la coopération sécuritaire et l’opérationnalisation de l’architecture africaine de paix et de sécurité, entre autres.

«Les récents événements survenus à Gao, au Mali, portant sur l’enlèvement d’une équipe du CICR revendiqués par le MUJAO, démontrent à suffisance, l’état de précarité de la situation sécuritaire dans notre région et doivent nous interpeller  davantage sur l’urgence et la nécessité d’une coopération renforcée entre les acteurs compétents», a déclaré le ministre nigérien des Affaires étrangères, Bazoum Mohamed.

S'exprimant lors de la cérémonie d'ouverture de la réunion, il a affirmé que son pays subit des dommages collatéraux des crises libyenne et malienne et s’est très tôt investi dans la recherche des voies et moyens de sécurisation de ses frontières extracommunautaires à travers un partenariat qui garantisse les droits humains et la libre circulation des personnes.

«La situation en Libye, tant au plan politique que sécuritaire, reste marquée par des tensions plutôt inquiétantes. Nous devons  y réfléchir de façon à contribuer à générer une dynamique nouvelle», a-t-il ajouté.

Selon lui, l’adhésion du Niger à la stratégie intégrée des Nations unies pour le Sahel et son entrée au Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine, constituent une autre illustration de l’engagement des plus hautes autorités du Niger à servir la cause  de la paix, partout où cela s’avère nécessaire.

Auparavant, le président de la Commission de la CEDEAO, Kadré Désiré Ouedraogo, a fait cas de la stratégie de lutte contre le terrorisme élaborée par l'organisation régionale qui vise à renforcer les capacités opérationnelles des pays membres pour une réponse effective au terrorisme.

Selon lui, cette stratégie repose sur trois piliers principaux, à savoir la prévention, la répression et la reconstruction.

«Il ne fait aucun doute que les stratégies, initiées par diverses organisations, si celles-ci sont bien coordonnées, devraient contribuer de manière significative au développement socio-économique et à la stabilité dans la région du Sahel, conformément aux principes de démocratie, de bonne gouvernance et de l’état de droit, de manière à prévenir la survenance  de nouvelles crises dans le futur», a affirmé M. Ouedraogo.

Le même optimisme est partagé par le secrétaire général par Intérim de la CEN-SAD, Ibrahim Sani Abani.

«Il reste à donner un contenu opérationnel et donc à créer les synergies nécessaires, en ayant à l’esprit notamment le rapport du  secrétaire général des Nations unies en date du 1er août 2013, sur le causes des conflits et la promotion d’une paix et d’un développement durable en Afrique», a-t-il dit.

Pana 20/02/2014