AfriqueJet Actualités

Actualité & informations - Actualités Africaines

Ven08222014

Last updateJeu, 21 Aoû 2014 7pm

Articles

Une 'tragédie humanitaire' en Centrafrique

Crise politique, sociale et sécuritaire en République centrafricaine - Le Patron de l'ONUSIDA, Michel Sidibé, déplore la 'tragédie humanitaire' qui se développe en RCA - Le directeur exécutif de l'ONUSIDA, M. Michel Sidibé, dans une interview exclusive avec la PANA,  lance ce mercredi un cri de coeur, face à la « tragédie humanitaire » qui se développe en République centrafricaine, exacerbée par la situation de crise politique, sociale et sécuritaire sans précédent.

Michel Sidibé, qui participe en RCA à une mission conjointe avec l'Office des Nations-Unies pour la coordination des Affaires humanitaires (Office for the Coordination of Humanitarian Affairs – OCHA), dans le but d'évaluer les besoins d'un corridor humanitaire, estime que « si l'on ne réagit pas vite, la RCA risque de perdre toute une génération ».

Pour le directeur exécutif de l'ONUSIDA, « la ligne extrêmement ténue  entre la vie et la mort » en RCA complique et aggrave la situation marquée par une 'épuration ethno-réligieuse', dans ce pays d'Afrique centrale où l'absence de l'Etat, de la police et de l'armée abandonne la population à une crainte extraordinaire des exactions des milices.

Le Patron de l'ONUSIDA, qui salue l'effort et l'engagement du gouvernement de transition, mis en place il y a presque un mois, affirme que l'espoir suscité par l'élection de Mme Cathérine Samba-Panza demeure palpable, parce qu'elle « essaie de projeter sa vision pour la sécurité, le rétablissement du pouvoir de l'Etat », mais elle aura vivement besoin  de soutiens, pour raviver la justice, remettre sur pieds une administration dont le personnel n'est pas payé depuis belle lurette, et reconstruire une armée quasi inexistante.

Pendant ce temps, des centaines de milliers de personnes déplacées dans les camps de réfugiés, sans supports adéquats, voient leurs espoirs s'éroder, à l'approche de la période de l'hivernage qui risque d'en rajouter à la précarité de leur situation, ainsi qu'à celle de plus de 2,3 millions de personnes affectées par la crise centrafricaine, soit la moitié de la population du pays,  qui attendent de la communauté internationale davantage de réactions d'accompagnement.

Par ailleurs, de toutes ces personnes affectées par la crise, le directeur exécutif de l'ONUSIDA souligne la situation des jeunes, qui  apparaissent encore plus vulnérables à la prévalence du VIH/SIDA, en raison d'un impact négatif de l'affaiblissement de l'Etat et de la dégradation de la lutte contre cette pandémie à laquelle les jeunes deviennent des cibles  faciles, via toutes formes d'exploitations, allant de la prostitution à l'intégration dans les différentes milices,  faisant de la RCA « un réservoir de recrutement de jeunes ». 

Aussi, le directeur exécutif de l'ONUSIDA affirme-t-il que l'espoir tient à l'accélération de la combinaison de diverses forces d'intervention, africaines, françaises, européennes, de nature à faire face à la sécurisation et à la stabilisation du pays.

« On ne peut qu'être heureux de voir se dessiner la vision d'une force africaine. Mais elle ne se fera pas du jour au lendemain. Il faut aller progressivement à la formation de cette force », indique M. Sidibé, pour aller dans le sens de l'Union africaine dont le dernier sommet des chefs d'Etat et de gouvernement avait soulevé la nécessité de parachever la mise en place de la force africaine appelée à intervenir dans les conflits qui émaillent le continent.

Le périple entrepris par Mme Cathérine Samba-Panza dans la sous-région, selon M. Sidibé, participe à l'avènement de cette mutualisation des forces, à laquelle l'apport des pays de la sous-région n'est nullement exclu, au motif qu'un « échec de la sécurisation de la situation en RCA pourrait immanquablement se traduire par l'embrasement de toute la sous-région », conclut M. Sidibé.

Pana 20/02/2014