AfriqueJet News & Informations

Actualités France | News et informations du jour Afrique

Ven10242014

Last updateVen, 24 Oct 2014 4pm

Back Information News Afrique Ouest Actualités Afrique du Nord Situation politique et militaire en Libye

Situation politique et militaire en Libye

Le PM libyen appelle ses compatriotes à éviter le choix militaire pour réaliser leurs révendications légales - Le Premier ministre libyen, Ali Zeidan, a appelé mardi ses compatriotes à s'éloigner du choix militaire pour réaliser leurs revendications légales et a insisté sur la nécessité pour tous les politiques de respecter les aspirations et la volonté du peuple d'assurer l'alternance du pouvoir pacifiquement.

Le discours télévisé de M. Zeidan faisait suite à la tentative d'unités armées de reprendre par la force le pouvoir du Congrès national général.

'Dès que nous avons pris connaissance du communiqué de certaines unités armées qui voulaient retirer, par la force le pouvoir du Congrès national général, nous avons pris contact avec toutes les composantes politiques, les chefs des tribus et les ex-rebelles pour calmer la situation et appelé tout le monde à se retrouver autour d'une table pour dialoguer et s'éloigner du choix militaire dans la réalisation des revendications légales'.

'Tous les politiques doivent respecter les vues du peuple libyen et sa volonté d’assurer une alternance pacifique du pouvoir. Toutes les composantes doivent éviter de chercher à imposer au peuple une position précise ou une démarche politique déterminée, car cela est inacceptable. Nous espérons de tout le monde de se comporter avec responsabilité, de respecter les sacrifices de nos martyrs et d'éviter une nouvelle effusion de sang pour des objectifs politiques', a ajouté M. Zeidan.

'Dieu merci, les choses sont redevenues calmes et nous sommes persuadés que le Congrès national général prendra des décisions historiques, sans contrainte, mais de façon démocratique et consensuelle entre tous ses membres pour transmettre le pouvoir', a-t-il poursuivi.

Des chefs d'ex-rebelles de Zenten de la brigade 'Qaaqaa', qui dépend des gardes-frontières et des sites sensibles et stratégiques, avaient publié mardi soir un communiqué dans lequel ils donnaient un ultimatum de cinq heures au Congrès, dont le mandat a pris fin, pour remettre le pouvoir, rappelle-t-on.

Ils exigeaient du Congrès qu'il procède au transfert du pouvoir immédiatement à un autre corps, sans préciser lequel, sous peine pour ses membres d'être arrêtés et traduits devant la justice.

Le président du CNG, Nouri Abousehamein, a dénoncé ce communiqué, le qualifiant 'd'irresponsable' et l'assimilant à une 'tentative de coup d'Etat et de déviation des choix du peuple libyen'.

L'ultimatum des unités armées intervient deux jours après le vote dimanche par le CNG d'une proposition de loi visant à organiser, au plus tard en juin ou début juillet, des élections parlementaires anticipées, dans une démarche tendant à donner une réponse positive aux pressions populaires exigeant la remise du pouvoir et refusant la prolongation du mandat du Congrès, signale-t-on.

La Déclaration constitutionnelle avait arrêté la date du 7 février dernier pour la fin du mandat du Congrès, mais celui-ci a accusé du retard dans l'organisation de l'élection de la Commission des soixante chargée de rédiger la Constitution permanente, ce qui a poussé à une levée de boucliers populaire et des organisations de la Société civile pour demander la non prolongation du mandat du Parlement dont le travail est jugé en deçà des attentes.

Vendredi dernier, pour la deuxième fois, des milliers de Libyens sont sortis dans des manifestations à Tripoli et à Benghazi, ainsi que dans d'autres villes pour demander le départ du Congrès et la remise du pouvoir législatif provisoirement au Conseil constitutionnel ou au Conseil supérieur de la justice.

Le Parlement a voulu respecter cette exigence populaire en votant le proposition de loi visant à organiser des élections parlementaires anticipées.

Pana 20/02/2014