AfriqueJet Actualités

Actualité & informations - Actualités Africaines

Ven08222014

Last updateVen, 22 Aoû 2014 7am

Articles

Dépollution de la baie de Hann au Sénégal

Les travaux de dépollution de la baie de Hann démarrent en novembre 2014 - Le ministre de l'Hydraulique et de l'Assainissement a déclaré, hier, à l'issue d'une réunion technique présidée par le Premier ministre Aminata Touré, que les travaux du projet de dépollution de la baie de Hann vont démarrer en novembre prochain.

En cours depuis 2009, le projet de dépollution de la baie de Hann va enfin entrer dans sa phase d'exécution à partir de novembre prochain. Cette assurance a été donnée, hier, par le ministre de l'Hydraulique et de l'Assainissement, Pape Diouf, au sortir d'une réunion technique présidée par le Premier ministre Aminata Touré. « Nous allons finaliser les dossiers d'appels d'offres entre avril et mai, et les travaux vont débuter au mois de novembre prochain. Nous comptons les terminer en 2016 », a-t-il notamment souligné.

En effet, toutes les conditions semblent réunies pour le démarrage de ce projet, lequel a accusé du retard dans son exécution. Le ministre a précisé que les financements sont disponibles, les études presque terminées et les tracés de l'émissaire et du collecteur réalisés. Selon Pape Diouf, toutes les mesures sont en train d'être mises en place pour que ce projet puisse voir le jour dans les meilleurs délais. « Nous sommes sur la bonne voie, d'autant plus que le financement de 35 milliards de FCfa mobilisé grâce à l'Agence française de développement (Afd) et la Banque européenne d'investissement est disponible », s'est-il félicité.

La baie de Hann, qui fut l'une des plus belles baies du monde, s'est dégradée au fil des années à cause d'intenses activités polluantes. Aujourd'hui, cette situation pose de sérieux problèmes environnemental et sanitaire, mais aussi pour la pêche. Le ministre de l'Hydraulique et de l'Assainissement a soutenu que des mesures drastiques ont été déjà prises pour que pareille situation ne se répète à l'avenir. Sur ce, il a cité le concept pollueur-payeur mis en place pour décourager et amener les industries à créer des systèmes de traitement des eaux usées avant leur déversement dans la mer. « Cette mesure n'est pas appelée à durer. Elle est transitoire. Certains industriels ont commencé à mettre en place des systèmes de traitement des eaux usées. Il faut amener les autres à en faire autant. Pour ce faire, nous allons imposer de très fortes taxes. Nous serons intraitables là-dessus. Il y a des textes, et on va les appliquer », a fermement déclaré M. Diouf.

Suivant les instructions du chef du gouvernement, le ministre de l'Hydraulique et de l'Assainissement a soutenu aussi qu'un dialogue permanent continuera d'être instauré avec les populations locales afin de les faire adhérer entièrement à ce projet. « On a déjà eu beaucoup de réunions avec les populations à ce sujet, et nous allons continuer à discuter avec elles. C'est un projet d'intérêt national qui a pour objectif de restaurer cette baie, de lutter contre la pollution, de sauvegarder l'environnement, la santé des populations et le milieu halieutique. Donc, nous avons besoin de l'adhésion de tout le monde », a-t-il assuré. A cet effet, Pape Diouf a indiqué qu'un comité comprenant son ministère, l'administration territoriale, les collectivités locales et les populations sera mis sur pied.

Par Elhadji Ibrahima Thiam

Le Soleil/19/02/2014