AfriqueJet Actualités

Actualité & informations - Actualités Africaines

Mer07232014

Last updateMer, 23 Juil 2014 4pm

Back Information News Afrique Ouest Réformes dans le secteur macro économique au Mali

Réformes dans le secteur macro économique au Mali

Cadre macro-économique - Les réformes aboutiront à une croissance de 6 % en 2014. Grâce aux nombreuses réformes dans le secteur macro économique de notre pays, il est attendu 6 % de croissance en 2014 contre 5,1 en 2013 et 0,4 % en 2012. Des résultats forts appréciés par les donateurs du Mali à Bruxelles le 5 février 2014.

L'appréciation faite sur le cadre macro économique de notre pays par le ministre de l'Economie et des Finances, Mme Bouaré Fily Sissoko, à la conférence des donateurs à Bruxelles, le 5 février dernier, sous l'égide du Premier ministre Oumar Tatam Ly est très encourageante.

Devant les partenaires de notre pays qui ont été marqués par les efforts de reprise économique entamés par le pouvoir en place, Mme le ministre de l'Economie et des Finances a fait son analyse de la situation qui fait renaître l'espoir.

Selon Mme Bouaré Fily Sissoko, « la croissance économique est de retour. En 2013, la croissance réelle du PIB devrait reprendre pour atteindre 5,1 % contre une croissance négative de 0,4 % en 2012. Il est attendu en 2014 un taux plus fort autour des 6 % ». Les bailleurs de fonds ont manifesté leur satisfaction et soutien au Mali dans le cadre des efforts de redressement économiques ces derniers mois.

En présence du Premier ministre et sept de ses collègues du gouvernement dont le ministre de la Justice et du Vérificateur général, le ministre de l'Economie et des Finances a fait une intervention sur « l'état de mise en œuvre du mémorandum de politique économique et financière à moyen terme et des réformes envisagées pour l'année 2014 : réforme des finances publiques, consolidation des comptes du Trésor ».

Les bailleurs de fonds ont apprécié les efforts pour le redressement économique du Mali. Ces efforts portent surtout sur des réformes qui ont porté leurs fruits, marquées par la reprise de la croissance macro économique. Il s'agit des réformes fiscales, la gestion des finances publiques, le climat des affaires, l'exigence de transparence dans la dépense publique.

Des finances au vert

Les premières réformes entreprises sous la conduite de Mme Bouaré visent à améliorer la gouvernance publique. Les résultats tangibles portent sur la consolidation des comptes du Trésor dans un compte unique dans les prochaines semaines, la transmission effective des rapports du Vérificateur général à la justice, la mise à l'ordre du jour de la session extraordinaire de l'Assemblée nationale du projet de loi portant prévention et répression de l'enrichissement illicite et la réflexion sur un calendrier de transfert de compétence et de ressources aux collectivités territoriales, la mobilisation des ressources fiscales et douanières, le fonctionnement de la justice.

L'accent a été mis sur l'importance et le rôle du secteur privé pour la relance durable de l'économie, la nécessité d'améliorer le climat des affaires, le renforcement de la sécurité juridique des entreprises, entre autres.

La conférence des donateurs de Bruxelles, qui est la suite de celle de mai 2013, intitulée « Ensemble pour le Mali », placée sous la coprésidence de la Commission européenne, du Mali et de la France, a enregistré la participation des principaux partenaires bilatéraux et multilatéraux, les Nations unies, l'Union africaine, les organisations régionales et ouest-africaines ainsi que des représentants du secteur privé malien.

La rencontre a été l'occasion, pour les participants, de se réjouir du maintien de l'élan des réformes engagées par le gouvernement malien et la dynamique de la solidarité internationale visant à résoudre les causes de la crise et remettre notre pays sur le chemin d'une croissance économique et sociale durable.

L'évolution de la situation générale à travers le rétablissement de l'ordre constitutionnel, l'amélioration des conditions sécuritaires grâce à l'action des Forces armées maliennes, de l'EUTM, de la Minusma, le retour des déplacés, entre autres.

Le gouvernement du Mali de son côté a mis l'accent sur le soutien exceptionnel des partenaires bilatéraux et multilatéraux. Il y a question des 3,3 milliards d'euros d'aide promise dont 2/3 ont été engagés et 1/3 versés avec 300 milliards de F CFA d'aide budgétaire.

La prochaine réunion du groupe de suivi est prévue le 15 mai 2014 en vue de suivre les engagements mutuels du gouvernement et des bailleurs de fonds.

Par D. S.

Les Echos/19/02/2014