AfriqueJet Actualités

Actualité & informations - Actualités Africaines

Lun07282014

Last updateLun, 28 Juil 2014 12pm

Articles

Projet de coopératives agricoles au Cameroun

Un projet de 175 millions de FCFA en vue. C'est ce qui ressort des échanges qui ont eu lieu entre le Minader et la FAO mercredi dernier à Yaoundé. 175 millions de F. C'est le montant d'un projet agricole qui a été présenté jeudi dernier par le ministère de l'Agriculture et du Développement rural (Minader).

Il s'agit en effet, d'un projet qui va contribuer à renforcer la capacité organisationnelle des femmes et des jeunes des métropoles de Yaoundé et de Douala à travers les coopératives agricoles. « Ces groupes de personnes sont les plus marginalisés dans leur travail parce que ne profitant pas assez des fruits de leur labeur. D'où l'importance de les intégrer dans les sociétés coopératives.

Car, elles contribuent efficacement à la réduction de la pauvreté et à la croissance économique du pays », a expliqué le ministre délégué, chargé du Développement rural, auprès du Minader, Clémentine Ananga Messina mercredi dernier à Yaoundé. C'était à l'occasion de la cérémonie de restitution des travaux sur l'état des lieux des groupes de femmes et de jeunes impliqués dans la production du maïs, du manioc et du poulet de chair autour des métropoles Yaoundé et Douala.

Il s'agit d'une étude qui a été réalisée par le Minader avec l'appui de la FAO. Au cours de celle-ci, il a été démontré que les grandes métropoles que sont Yaoundé et Douala souffrent toujours des pénuries alimentaires à causes la faible production agricole. En raison d'un manque de structuration efficace des producteurs. C'est pourquoi « ces différents groupes doivent migrer vers des coopératives, structures mieux organisées pour un rendement efficace et profitable.

Car, à partir des coopératives, les femmes et les jeunes pourront mieux commercialiser leur production, gagner plus d'argent et produire plus », a confié Clémentine Ananga Messina. D'ailleurs, ce projet va permettre à ces producteurs de favoriser la disponibilité des produits et leur accès sur les étals. Ceci, à travers les différentes chaînes de valeurs que sont la production, la conservation, la transformation et la commercialisation.

Par Assiatou Ngapout

Cameroon Tribune/17/02/2014