AfriqueJet Actualités

Actualité Afrique | Actualités & informations - Actualités Africaines

Ven04252014

Last updateJeu, 24 Avr 2014 8pm

Back Information News Afrique Ouest Actualités Afrique Centrale Centrafrique: Sanctionner les atrocités commises

Centrafrique: Sanctionner les atrocités commises

Ban Ki-Moon pour une action accrue contre les atrocités en RCA - Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon a appelé à la solidarité et à une action concertée des Nations Unies et des organisations régionales pour aider les populations de la République Centrafricaine (RCA), rapporte un communiqué de l'ONU transmis, samedi, à la PANA à New York.

Ce communiqué qui a été rendu public suite à une réunion à huis-clos du Conseil de Sécurité de l'ONU sur la coopération entre les Nations Unies et les organisations régionales, a indiqué que 'les Nations Unies et leurs partenaires régionaux sont confrontés à une nécessité urgente de contrôler la situation en RCA'.

'Les nuages sombres des atrocités de masse et de nettoyage ethnique planent sur la République Centrafricaine, où les lynchages publics, les mutilations et autres actes de violence épouvantables sèment la peur et le chaos', souligne le communiqué.

Offusqué que la paix, la sécurité, les droits de l'homme, le développement et tout ce que l'ONU défend et tente de promouvoir est malmené dans ce pays, Ban Ki-moon a fait remarquer que tous les Centrafricains en sont victimes, les musulmans comme les chrétiens.

Dans cette optique, Ban Ki-moon s'est engagé à faire tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher d'autres atrocités et minimiser le risque de partition de fait de ce pays. 'Nous devons désormais agir ensemble, nous devons agir sans hésiter et nous devons agir maintenant pour empêcher le pire', a-t-il dit.

Promettant retourner devant le Conseil de Sécurité, mardi prochain, avec des recommandations pour le contrôle et l'éradication de cette crise, Ban Ki-moon a indiqué être pressé de discuter sur le temps qu'il faudra pour mettre fin à ces violences, sauver des vies, protéger les droits humains, appuyer le déploiement d'une aide humanitaire et renforcer le commandement et le contrôle des forces sur le terrain.

'Ce sera une opportunité de fortifier nos efforts collectifs, une chance de montrer que la coopération entre l'ONU, l'UA, l'UE et d'autres organisations peut aider le peuple centrafricain quand il en a besoin', a-t-il fait remarquer.

Le secrétaire général de l'ONU a demandé de tenir les promesses faites aux Centrafricains et réagir énergiquement face à ce bain de sang. 'Nous ne pouvons pas déclarer nous soucier des atrocités commises dans ce pays, et nous soustraire à ce qu'il faut véritablement faire pour les éviter', a dit Ban Ki-moon.

'Notre engagement à protéger les civils n'a de sens que si nous déployons une force politique, militaire et financière pour les défendre. Notre responsabilité est claire. Nous devons nous ranger du côté du peuple centrafricain', a-t-il insisté.

M. Ban Ki-moon a cependant félicité la Communauté économique des Etats d'Afrique Centrale (CEEAC) et l'Union africaine (UA) pour leurs efforts intensifs afin de résoudre cette crise et pour la mise en place de la Mission internationale de soutien (MISMA) sous la conduite des Africains.

Il a également remercié le gouvernement français pour le déploiement de ses forces en espérant que les prochaines contributions militaires de l'Union européenne (UE) seraient coordonnées avec l'opération MISCA.

La réunion du Conseil de sécurité, note-t-on, était présidée par le ministre des Affaires étrangères de la Lithuanie, Linas Linkevicius, qui occupe la présidence tournante du Conseil pour le mois de février.

Des milliers de personnes ont été tués dans le conflit en RCA, qui a éclaté quand les rebelles Séléka à majorité musulmane ont chassé du pouvoir en décembre 2012 le président Bozizé. Les affrontements ont pris une tournure religieuse, quand les milices à majorité chrétienne, les anti-Balaka (anti-machette) ont pris les armes.

Au total, 2,5 millions de personnes, c'est-à-dire plus de la moitié des 4,6 millions d'habitants de ce pays ont actuellement besoin d'une aide humanitaire.

Pana 16/02/2014