AfriqueJet Actualités

Actualité & informations - Actualités Africaines

Jeu07242014

Last updateMer, 23 Juil 2014 9pm

Back Information News Afrique Ouest Actualités Afrique du Nord Tentative du coup d'état en Libye: Qui est le général Khalifa Hafter?

Tentative du coup d'état en Libye: Qui est le général Khalifa Hafter?

Le calme régnait totalement sur tous les quartiers et banlieues de la capitale libyenne, samedi, jour de fermeture des structures et services de l'état en Libye, a constaté le correspondant de la PANA à Tripoli.

Le journaliste de la PANA qui a fait un tour dans les banlieues de Janzour (ouest), et Tajoura (est) ainsi que dans le centre de Tripoli a constaté la circulation normale des citoyens dans leurs voitures particulières mais aussi par les moyens de transport en commun, alors que les banques qui limitent leur activités du samedi à recevoir des versements de leurs clients, étaient ouvertes.

Les cafés, pleins à craquer, servaient sans arrêt des cafés expresso et capuccino accompagnés de tranches de brioches, pratiques anciennes héritées des italiens anciens colonisateurs de ce pays de l'Afrique du nord.

Interrogé par la PANA, l'ingénieur du bâtiment, Hassan al-Abidi (37 ans) affirme que 'le monsieur qui a annoncé un coup d'état militaire (allusion au général  retraité de l'armée libyenne, Khalifa Hafter) est homme malade dépassé par les événements mais aussi par l'histoire'.

Le professeur de l'université à Tripoli, Amran Mustapha, souligne, de son coté, que 'Hafter vit toujours le rêve des coups d'état militaire et se considère encore vivant au Tchad, où il a vécu il y a plus de 20 ans à la tête de l'armée de Kadhafi pour renverser le dictateur Habré'.

Pour sa part, l'avocate Sabah al-Rajihi a exprimé son 'regret et sa compassion pour cet homme pour lequel elle a eu du respect car il a rejoint les rangs des Thowar (ex-rebelles) pour mettre fin au régime injuste de l'ex-dictateur qui a confisqué, pendant 42 ans, la liberté des libyens'. Mais, a-t-elle ajouté, 'aujourd'hui je compatis pour un vieux qui rêve encore du pouvoir militaire'.

Le général Khalifa Hafter, rappelle-t-on, est apparu à traves une vidéo de 10 minutes postée sur You Tub, vendredi pour annoncer le gel des activités du Congrès national général libyen et du gouvernement et la suspension de la déclaration constitutionnelle, dans un geste présenté comme une tentative de coup d'état militaire créant une sorte de désolation dans la rue libyenne qui a enregistré, le même jour, des manifestations contre 'la prolongation du mandat du Congrès national général'.

Le général Hafter a dirigé, dans les années 80 l'armée de Kadhafi lancée dans une guerre perdue contre le Tchad. Il a été fait prisonnier par les forces de l'ancien président tchadien, Hissène Habré qui, de son coté, attend d'être jugé au Sénégal où il s'est réfugié après la destitution de son régime par les forces d'Idriss Deby en décembre 1990.

Le général Hafter, à la tête d’un certain nombre de soldats libyens a pu échapper avec l'aide des renseignements américains pour créer le camp 'Bousanina' près de la capitale tchadienne  Ndjamena.

Lors de l'invasion des troupes de Deby de la capitale tchadienne et la fuite de Habré au Cameroun puis au Sénégal, en 1990, les renseignements américains ont transféré Hafter à bord d'un avion militaire américain à la République démocratique du Congo (ancien Zaïre) avant de se rendre aux Etats-Unis d'Amérique.

Le général est revenu durant l'insurrection populaire du 17 février à laquelle il a rejoint. Il a cependant attiré l'attention sur lui, vendredi en annonçant la tentative du coup d'état contre le peuple libyen à travers un communiqué, ce qui, selon les observateurs, confirme son reniement des principes de la révolution du 17 février qui a fait tomber le régime de Kadhafi en 2011.

Les médias locaux avaient révélé une réunion tenue, le 11 février dernier dans la salle des martyrs à Tripoli à laquelle d'anciens officiers et des personnalités civiles avaient pris part pour préparer la prise du pouvoir et annoncer la mise en place d'un conseil supérieur pour la protection de la révolution. Ce mouvement était dirigé, en secret par le général Hafter.

La plupart de ceux qui avaient pris part à cette réunion ont, dans des interventions faites à travers des chaines de télévisions et de radios locales, révélé que la rencontre était destinée à examiner la situation de l'armée libyenne et non à préparer ou planifier un coup d'état ou tout autre mouvement militaire contre le pouvoir en Libye.

Le président du Congrès national général, Nouri Abou Seheiman, en sa qualité de chef suprême des forces armées libyennes, a donné vendredi soir l'ordre d'arrêter 30 officiers accusés d'avoir fomenter un coup d'état, quelques heures après la découverte du plan annoncé par Hafter.

De son coté, le Premier ministre libyen, Ali Zeidan a donné des instructions pour l'arrestation du général Hafter qui, selon des sondages effectués à travers l'opinion publique libyenne, a fini sa carrière militaire de la manière la plus triste, après avoir déjà subi un revers cinglant par les forces tchadienne qui l’ont fait prisonnier, il y a 20 ans.

Pana 16/02/2014