Jeu11272014

Last updateJeu, 27 Nov 2014 4pm

Back Information News Afrique Ouest Actualités Afrique du Nord Démenti du coup d'Etat militaire en Libye

Démenti du coup d'Etat militaire en Libye

La situation est normale en Libye, selon le Premier ministre Ali Zeidan - Le Premier ministre libyen, Ali Zeidan, a démenti les informations faisant état d'un coup d'Etat militaire, lors d'un point de presse tenu en urgence vendredi, suite à l'annonce le même jour par l'ex-chef d'état-major de l'armée de Terre, le général Khalifa Haftar, du gel des activités du Parlement et du gouvernement et la suspension de la Déclaration constitutionnelle provisoire.

M. Zeidan a assuré que la situation était sous contrôle et que le gouvernement et le Congrès national général (CNG, Parlement) poursuivaient leurs activités.

Il a annoncé avoir donné des instructions au ministère de la Défense de prendre des mesures à l'égard du général Khalifa Haftar.

Le Premier ministre a appelé l'Armée à faire preuve de responsabilité et de respecter la volonté du peuple.

'Nous n'accepterons pas la confiscation de la révolution du peuple libyen', a martelé M. Zeidan, démentant la présence d'hommes armés dans les rues libyennes.

Le ministre libyen de la Défense, Abdellah al-Theni, a qualifié le communiqué du général Hafter de 'ridicule'.

La situation est restée normale à Tripoli et dans les grandes villes libyennes après l'annonce faite par l'ex-chef d'état-major de l'armée de Terre.

Les correspondants de la PANA n'ont rien constaté d'anormal à Tripoli et à Benghazi, la deuxième ville du pays, où aucun mouvement de l'Armée n'était visible.

De même, le communiqué militaire annonçant le gel des institutions étatiques n'a pas suscité une attention particulière de la part des médias locaux qui l'ont totalement ignoré.

Certains observateurs contactés par la PANA n'ont pas écarté la possibilité que les agissements de certains officiers soient l'œuvre de segments de la classe politique.

Selon des sources bien informées contactées par la PANA, le général Khalifa Haftar n'en serait pas à son premier coup.

Il aurait en effet été dans le passé au centre d'une tentative de prise du pouvoir en invoquant un prétendu dysfonctionnement des institutions du pays.

Pana 15/02/2014