AfriqueJet Actualités

Actualité & informations - Actualités Africaines

Ven07252014

Last updateVen, 25 Juil 2014 2pm

Back Information News Afrique Ouest Actualités Afrique Centrale Insécurité grandissante à Bangui en Centrafrique

Insécurité grandissante à Bangui en Centrafrique

Les Nations unies s'insurgent contre l'insécurité grandissante à Bangui - Le Haut commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme (HCDH) s'est insurgé, ce mardi, contre l'insécurité grandissante dans la capitale de la République centrafricaine (RCA), marquée par la montée des violences et de la criminalité dans les rues et par des assassinats ciblés.

Dans un communiqué parvenu à la PANA à New York, le porte-parole de l'organisation, Rupert Colville, dit que son institution s'inquiétait particulièrement du 'climat d'impunité totale', dans le pays, renforcé par le fait que des éléments anti-Balaka revendiquent publiquement la responsabilité des crimes et meurtres qu'ils ont commis.

'Il est également reconnu et prouvé que les militants anti-Balaka, à majorité chrétienne, extorquent des fonds aux petits commerçants', a-t-il souligné, exprimant  également son inquiétude suite aux déclarations publiques de certains membres du Conseil national de transition, l'organe législatif et décisionnaire intérimaire du pays, qui pourraient déclencher des affrontements inter-communautaires.

Ainsi, des hommes politiques auraient déclaré que le lynchage le 05 février d'un présumé ex-combattant Séléka par des soldats des Forces armées centrafricaines (FACA) était 'justifié'.

Cet incident, note-t-on, a été évoqué au cours d'une réunion la semaine dernière entre le représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU en RCA, Babacar Gaye et la présidente de la transition, Catherine Samba-Panza.

Pour ce faire, M. Colville souligne que son organisation va oeuvrer, avec les partenaires, au rétablissement du système judiciaire à Bangui, afin de combattre l'impunité omniprésente dans le pays.

Ces déclarations ont été faites au moment où le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, annonçait qu'elle allait ouvrir une enquête préliminaire sur la situation en RCA, après avoir examiné plusieurs rapports décrivant en détail la brutalité extrême des divers groupes et faisant état d'allégations de crimes graves ces derniers mois.

Cette mesure, dont se félicite le HCDH, sera appliquée en coordination avec les efforts de l'Union africaine et de l'ONU dans le pays, afin d'établir s'il y a des raisons valables d'ouvrir une enquête officielle.

Le personnel onusien chargé des droits de l'Homme en RCA a récemment effectué une mission à Boda, une ville située à une centaine de kilomètres à l'ouest de Bangui, où 92 personnes auraient été tuées entre le 30 janvier et le 05 février 2014, suite à des représailles de nature religieuse.

Selon une source proche des Nations unies, après le départ des ex-Séléka de cette ville le 29 janvier dernier, les anti-Balaka ont lancé une offensive contre la population musulmane de Boda.

'Les jeunes musulmans de la ville ont riposté en se livrant à des massacres et en incendiant des commerces', a expliqué M. Colville, ajoutant que la mission d'enquête ' a trouvé des maisons calcinées et des populations déplacées et divisées selon leur religion'.

Des milliers de personnes ont été tuées en RCA et 2,2 millions d'autres, près de la moitié de la population, a besoin d'une aide humanitaire suite au conflit qui a éclaté quand la coalition Séléka, à majorité musulmane, a renversé en décembre 2012, le régime de Bozizé.

Pana 12/02/2014