AfriqueJet Actualités

Actualité & informations - Actualités Africaines

Lun07282014

Last updateLun, 28 Juil 2014 4pm

Articles

Afrique: AFEX pour l'accès à l'information des citoyens africains

Accès à l'information des citoyens africains - Le réseau d'échange africain pour la liberté d'expression (AFEX) va lancer des 'campagnes et actions conjointes' afin d'assurer l'accès à l'information aux citoyens africains, de promouvoir la sécurité des journalistes, de lutter contre l'impunité dans le cadre de meurtre et d'autres formes d'attaques contre les journalistes et d'obtenir la suppression de lois répressives et odieuses qui réfrènent la liberté d'expression.

AFEX, un réseau d'organisations africaines qui luttent pour la liberté d'expression et sont membres d'Echange international pour la liberté d'expression (IFEX), a pris cette décision lors de sa première réunion organisée à Johannesbourg, en Afrique du Sud.

D'après un communiqué de la réunion obtenu ce mardi par la PANA à Johannesbourg, AFEX a décidé de lutter contre l'incarcération de journalistes à cause de leur travail ou de l'expression pacifique de leurs opinions, qualifiant cette pratique de violation des droits fondamentaux de l'homme.

La réunion note que l'emprisonnement de journalistes viole aussi les droits des citoyens africains ordinaires à accéder à l'information et à des sources d'informations diverses, ce qui est essentiel pour leur prise de décision dans tous les aspects de leur vie.

AFEX considère les gouvernements éthiopien et érythréen comme les plus grands geôliers de journalistes en Afrique, avec plus de 30 journalistes emprisonnés en autant d'années et a décidé d'organiser une campagne énergique pour attirer l'attention sur cette situation.

Le réseau note aussi la dégradation inquiétante de la liberté des médias et de la liberté d'expression en Ethiopie, où cinq journalistes ont été condamnés pour crimes liés au terrorisme.

Il demande aux gouvernements africains, notamment à ceux d'Erythrée et d'Ethiopie, de libérer immédiatement tous les journalistes en détention et de leur permettre de pratiquer leur profession sans peur d'être emprisonnés ou d'autres formes de harcèlement.

AFEX exhorte les gouvernements africains à cesser d'user et d'abuser de lois anti-terroristes pour incarcérer des journalistes qui font leur travail et à respecter la liberté des médias.

Il juge effrayant le nombre de journalistes en mission tués à travers le continent, soulignant que la Somalie et le Nigeria sont depuis des années les pays les plus macabres pour les journalistes.

La réunion demande aux gouvernements africains d'assurer la sécurité des journalistes et de mettre fin à l'impunité de leurs bourreaux, estimant que les gouvernements ont la responsabilité de garantir la sécurité de tous les journalistes travaillant sur leurs territoires.

AFEX exprime également 'sa profonde préoccupation' face à l'existence dans de nombreux pays du continent de lois sur les médias, qui ne répondent pas aux normes internationales relatives à la liberté d'expression et qui permettent que des jugements excessifs soient infligés aux journalistes et maisons de presse et de ce fait mettent à mal le droit à la liberté d'expression.

Le réseau demande aux gouvernements de réformer ces lois afin qu'elles soient en conformité avec les normes internationales et de veiller à ce qu'elles encouragent la liberté d'expression.

La réunion, organisée au Centre africain pour la liberté d'information (AFIC), a regroupé différents responsables de AFIC, du Centre pour l'étude des médias et l'édification de la paix (CEMESP), du Réseau des droits de l'Homme pour les journalistes-Ouganda (HRNJ-Uganda), Journalistes en Danger (JED), Fondation des médias pour l'Afrique de l'Ouest (MFWA), Media Rights Agenda (MRA) et de l'Association nationale des journalistes somaliens (NUSOJ).

Pana 12/02/2014