AfriqueJet Actualités

Actualité & informations - Actualités Africaines

Jeu07242014

Last updateJeu, 24 Juil 2014 3pm

Back Information News Afrique Ouest Actualités Afrique Centrale Congo: Pour la révision du Code de la famille

Congo: Pour la révision du Code de la famille

Inagosi s'offre l'appui des députés. Avec l'appui de la Banque mondiale et du COPIREP - La ministre du Genre, de la Famille et de l'Enfant, Mme Géneviève Inagosi, s'est félicitée hier lundi 10 février, de l'appui du bureau de l'Assemblée nationale et des députés, de créer un groupe de travail informel pour soutenir l'adoption du projet de loi portant révision du Code de la famille déposé à l'Assemblée nationale et au Sénat.

La création d'un groupe de travail informel pour soutenir l'adoption par le Parlement du projet de loi portant révision du Code de la famille a réjoui la ministre du Genre, de la Famille et de l'Enfant, Géneviève Inagosi.

Au cours d'une activité organisée hier lundi 10 février à l'Hôtel Venus, à Gombe, la ministre du Genre et quelques honorables députés ont harmonisé leurs vues sur la modification du Code de la famille, ce sujet d'intérêt national et même international. Ce, après avoir échangé et discuté de manière constructive essentiellement de la philosophie générale qui a guidé la réforme. Il n'a été nullement question d'examiner article par article le projet de loi déposé à l'Assemblée nationale et au Sénat, ce qui est une prérogative réservée à la plénière de l'organe législatif.

A en croire la ministre du Genre, cette loi donne le privilège à la femme d'exercer toutes ses capacités afin de contribuer au développement de la République démocratique du Congo. Elle s'est réjouie de la réaction du bureau de l'Assemblée nationale et des députés nationaux qui ont accepté d'accompagner à bon port le processus d'adoption de ce projet de loi.

La ministre Inagosi a également salué l'engagement du rapporteur de l'Assemblée nationale, représentant personnel de l'honorable président de la Chambre basse du Parlement, à s'investir personnellement pour que ce projet de loi soit examiné dans un bref délai. La ministre Inagosi s'est aussi réjouie du fait que ces députés nationaux ont accordé leur violon sur la création d'un cadre informel pour soutenir ce projet d'intérêt national.

LA BANQUE MONDIALE EN AVOCATE DU MINISTÈRE DU GENRE

De son côté, le représentant du directeur des opérations de la Banque mondiale, Emmanuel Pinto, a joint son mot à celui des députés pour saluer le projet de loi portant modification du Code de la famille. Le représentant résident de la Banque mondiale a également démontré combien son institution est non seulement sensible mais aussi impliquée aux questions touchant à la dimension Genre. Il a indiqué que son institution reste l'avocate du ministère du Genre, de la Famille et de l'Enfant auprès de la Banque mondiale. Le processus de révision du Code de la famille a été engagé depuis une dizaine d'années et est porté par toutes les forces vives de la nation. Des consultations ont aussi été menées en provinces pour recueillir les avis et considérations de la base. La révision du Code de la famille a été une nécessité à l'égard de plusieurs paramètres ; notamment l'évolution des normes juridiques nationales, l'adoption des conventions internationales traitant des questions de la femme et de l'enfant, le souci de supprimer certaines pratiques rétrogrades et avilissantes pour la femme et la société. En effet, en dépit de ses limites, d'ailleurs inhérentes à tout texte juridique, le Code de la famille en vigueur, à savoir la loi n°87-010 du 1er août 1987, a eu le mérite de codifier les normes relatives à la promotion de la famille et de consolider l'institution du mariage afin de permettre autant l'épanouissement de la famille que la protection des droits des enfants au décès des parents.

Au regard de la reconnaissance internationale du statut de la femme et de l'enfant, la RDC a levé l'option de renforcer la protection juridique de ces deux acteurs importants pour le développement national. Dans ce contexte, autant les lois de 2006 ont réprimé les violences sexuelles et notamment supprimé la notion de « jeune fille à émanciper par le mariage », autant la loi de 2009 a porté sur une protection accrue de l'enfant. Déjà, en rapport avec ce paramètre, il était urgent d'adapter le Code de la famille.

Par Bienvenu Ipan

Le Potentiel/11/02/2014