AfriqueJet News & Informations

Actualités France | News et informations du jour Afrique

Dim10262014

Last updateSam, 25 Oct 2014 8pm

Back Information News Afrique Ouest Actualités Etats-Unis-France: Hollande à la Maison-Blanche

Etats-Unis-France: Hollande à la Maison-Blanche

L'Aigle et le Coq dans la basse-cour africaine - Le président français, François Hollande, est depuis hier 10 février 2014 aux USA pour une visite d'Etat de trois jours.

Un évènement pour qui se rappelle que c'est la première fois depuis 1996, c'est-à-dire sous Jacques Chirac, qu'un locataire de l'Elysée est reçu à la Maison- Blanche. Preuve de l'excellence des relations entre Barack Obama et François Hollande, 21 coups de canon ont retenti à la White house en l'honneur de la guest star. L'un des actes des deux présidents qui aura retenu l'attention des médias est leur tribune commune dans le très célèbre «Washington Post» et le prestigieux «Le Monde».

Autrement dit, ils ont choisi le nec plus ultra des presses anglosaxonne et francophone pour communiquer. Mais au-delà de ce flonflon protocolaire et de la symbolique, quel pacte transatlantique l'Aigle américain et le Coq gaulois veulent-ils signer dans la même basse-cour ? Il est connu que les questions internationales telles les dossiers brûlants de la Syrie et de l'Iran n'échapperont pas aux échanges. Mais il n'y a pas que les questions complexes de ce Moyen-Orient compliqué qui seront au menu des entretiens entre les deux délégations. Le huis clos entre l'homme le plus puissant au monde et celui du célibataire endurci de l'Elysée intéressera les Africains. Surtout quand on sait que les questions sécuritaires en Libye et au Sahel sont une préoccupation quotidienne des deux chefs d'Etat. C'est une évidence.

On ne peut que se réjouir de l'intérêt porté sur le continent noir surtout par Barack Obama qui, bien qu'étant «notre parent», ne se sera pas penché spécialement au chevet de l'Afrique lors de son précédent mandat après le fameux discours d'Accra en juillet 2009. Et si ce sommet franco-américain peut contribuer davantage à sécuriser ces zones africaines, c'est tant mieux. Il est évident que les Américains, en contribuant à sécuriser ces parties du continent dont certaines sont considérées comme des incubateurs de terroristes, le font d'abord dans leur propre intérêt et non évidemment pour les beaux yeux des «négrions». Il convient, en effet, de faire remarquer que, pour les prochaines années, environ 20% des approvisionnements américains en pétrole proviendront du golfe de Guinée. On imagine donc à quel point par-delà le terrorisme, l'Afrique a une position stratégique pour l'Occident. Ces préoccupations économiques sont également celles de la France.

Et ayons l'honnêteté de le reconnaître, elle au moins mouille le treillis de ses soldats pour baliser le chemin qui mène aux affaires africaines. Idem dans une certaine mesure pour les yankees, qui, même s'ils ne sont pas à proprement parler sur les théâtres des opérations militaires, y apportent leur expertise en matière de renseignement avec leurs fameux drones. Contrairement à l'ogre chinois qui, lui, attend que l'Aigle et le Coq fassent le sale boulot pour venir profiter des fruits de la paix chèrement acquise. Cela dit, il faut espérer que ce sommet franco-américain ne tourne pas en Berlin 3 par allusion aux deux congrès de Berlin qui marquèrent le partage de l'Afrique entre les puissances occidentales au 19e siècle.

Par Ebou Mireille Bayala

L'Observateur Paalga/11/02/2014