AfriqueJet Actualités

Actualité & informations - Actualités Africaines

Mer07232014

Last updateMer, 23 Juil 2014 12am

Back Information News Afrique Ouest Licenciements à la mine d’or de Sadiola

Licenciements à la mine d’or de Sadiola

Une grève de 5 jours à partir d’aujourd’hui - Selon nos sources, à la faveur d’une assemblée générale extraordinaire, organisée hier, la section Untm de la Société d’exploitation de la mine d’or de Sadiola (Semos-Sa), a décidé d’aller en grève à partir de ce lundi 10 février 2014, ce jusqu’au vendredi prochain.

La brouille entre les travailleurs et leur employeur serait née de l’échec des négociations autour du licenciement, projeté de la Semos-SA, de 200 contractuels dont 140 à Sadiola et 60 à Yatela qui arrêté ses activités d’excavation en septembre dernier.

Deux mines qui relèvent de la même société mère, à savoir la Semos-SA qui, nous apprend-t-on, a décidé de réduire ses activités. Il nous revient des sources très proches de ce dossier que l’une des principales pierres d’achoppement des pourparlers entre les différentes parties tient à l’octroi des « primes d’accompagnement » aux employés qui se verront remerciés, mais aussi à 150 autres qui ont été virés en novembre dernier. Une mesure à laquelle la Semos-SA ne serait pas prête à adhérer.

Ainsi, l’Untm, seule syndicale active dans les deux mines, a décidé d’observer une grève de 5 jours à partir de ce 10 février 2014. L’inquiétude gagne d’autant les travailleurs de la mine d’or de Sadiola que les rumeurs encore de nos jours de la mise au chômage de 200 autres employés de Moolmans, chargée des activités d’excavation de la mine.

Nos sources se félicitent par ailleurs du soutien que l’Etat apporte aux travailleurs dans ce dossier. « Si nous en sommes là aujourd’hui, c’est parce que le gouvernement a pris ses responsabilités, sinon ils auraient été déjà remerciés sans primes, alors même qu’ils travaillent dans cette société depuis des années », a-t-il reconnu.

Il importe de rappeler que la mine d’or de Sadiola est en exploitation depuis 1996. Ses actions sont détenues par l’entreprise sud-africaine d’Anglogold Ashanti (41%), la canadienne Iamgold (41%) et l’Etat malien (18%).

Bakary SOGODOGO

Le Prétoire du 10 Février 2014