Actualités en ligne

Actualité & Information France Afrique

Dim12212014

Last updateSam, 20 Déc 2014 4pm

Articles

Négociations sud-soudanaises en Ethiopie

Ouverture lundi à Addis-Abeba du prochain round des négociations sud-soudanaises - Les causes profondes du conflit meurtrier au Soudan du Sud seront au menu du prochain round des négociations entre le gouvernement de ce pays et la faction l'Armée/Mouvement de Libération du Peuple Soudanais (SPLM/A-opposition) qui vont s'ouvrir lundi à Addis-Abeba, selon des médiateurs officiels.

Suite à leur visite à Nairobi, les émissaires spéciaux de l'Autorité  inter-gouvernementale pour le développement (IGAD) ont déclaré avoir rencontré dans la capitale kényane sept responsables de cette faction et les avoir invités à prendre part aux prochaines négociations de paix.

La semaine dernière, le gouvernement sud-soudanais a libéré sept prisonniers, accusés avec quatre autres toujours en détention d'avoir comploté pour renverser le président Salva Kiir, ce qu'ils ont tous nié.

Leur libération a fait suite à deux accords signés le 23 janvier 2014 à Addis-Abeba, en Ethiopie, sur la cessation des hostilités et les détenus.

Dans un communiqué transmis à la PANA à Addis-Abeba, les médiateurs de l'IGAD ont indiqué que les prisonniers libérés ont exprimé 'leur disposition à participer au processus de médiation de l'IGAD pour le dialogue politique et la réconciliation nationale en République du Soudan du Sud'.

Les ex-prisonniers ont confirmé leur participation aux négociations, selon le communiqué.

D'autre part, une équipe préparatoire de 14 membres du comité technique de l'IGAD arrivée à Juba dimanche dernier doit présenter un rapport de mission aux médiateurs de l'IGAD à Addis-Abeba, ce vendredi.

Conduite par le général éthiopien, Gebregziabher Mebrahtu, et son adjoint le général soudanais, Mohammed Amin Moustafa Eltinay, cette équipe s'est rendue à Juba pour mettre en place le mécanisme de supervision et de vérification de la mise en oeuvre de l'accord de cessation des hostilités.

Elle a également procédé à l'évaluation de la situation et déterminé les sites où seront déployés les observateurs militaires.

Lors des cinq jours passés à Juba, la capitale du Soudan du Sud, les responsables de cette équipe devaient rencontrer le président Kiir et d'autres responsables du gouvernement, ainsi que l'ex-vice-président, Riek Machar, pour discuter du contenu du second round de négociations.

Outre l'examen des causes profondes du conflit, le prochain round des négociations de paix va également traiter de questions liées à la réforme démocratique et à la transparence au Soudan du Sud.

Pana 08/02/2014