AfriqueJet Actualités

Actualité & informations - Actualités Africaines

Mar09162014

Last updateMar, 16 Sep 2014 1pm

Articles

Taux élevé des mutilations génitales féminines en Côte d’Ivoire

La ministre ivoirienne de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l’Enfant, Anne Désirée Ouloto, a déploré jeudi un taux de prévalence encore élevé des mutilations génitales féminines (MGF) en Côte d’Ivoire, dans un message à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de lutte contre les mutilations génitales féminines.

Pour Mme Ouloto, ce taux de prévalence est de 38 pour cent, selon l’Enquête démographique et de santé (EDS 2011-2012), en dépit de l’application de la loi N° 98-757 du 23 décembre 1998 et de quelques condamnations et des efforts de sensibilisation sur les conséquences désastreuses des mutilations génitales féminines sur la santé physique.

Face à ce constat alarmant, elle propose de repenser les stratégies existantes de lutte en tirant les leçons des actions déjà entreprises afin d’apporter des solutions novatrices.

Elle propose d’entreprendre des actions intégrées et multisectorielles qui visent non seulement les personnes directement impliquées (pratiquants et victimes des MGF), mais aussi toutes les forces vives de la nation que sont les gouvernants, les élus, les leaders communautaires, les guides religieux, les organisations de la société civile, les corps habillés, le corps médical, les femmes et hommes des médias et les praticiens du droit.

Le thème national de l’édition 2014, qui fait un écho au thème mondial, est 'Tolérance zéro aux MGF : tous pour la mise en œuvre de la Résolution de l’ONU N° 67/146 du 20 décembre 2012 sur l’intensification de l’action mondiale visant à l’élimination des mutilations génitales féminines et l’application de la loi de 1998'.

Pana 07/02/2014