Actualités en ligne

Actualité & Information France Afrique

Mar12232014

Last updateLun, 22 Déc 2014 10pm

Back Accueil Afrique Ouest Anniversaire du décès du président Eyadema au Togo

Anniversaire du décès du président Eyadema au Togo

Le 9ème anniversaire du décès du président Eyadema célébré ce mercredi dans sa ville natale - De nombreux officiels et amis de la famille Gnassingbé et le chef de l’Etat, Faure Essozimna Gnassingbé (fils d’Eyadema) ont célébré dans le recueillement ce mercredi, le 9ème anniversaire de la disparition de Eyadema Gnassingbé, lors d’un culte œcuménique à Kara, au nord du pays, a constaté la PANA.

Mardi déjà, une veillée de prières au temple protestant de Pya (village natal d’Eyadéma, au nord du pays) a regroupé plusieurs officiels et membres du gouvernement, la famille Gnassingbé  autour du président de la République, annonçant ainsi le début de la commémoration du 9ème anniversaire du décès de celui qu’on appelait  'le Père de la nation'.

Ce mercredi, avant le culte œcuménique à Kara, l’actuel président de la République, fils du défunt président, s’est recueilli  tôt le matin sur la tombe de son père pour lui rendre hommage, le visage triste.

La mort  du général Eyadéma Gnassingbé, suite à une 'courte maladie' sans d’autres précisions officielles en fin d’après-midi d’un samedi 5 février 2005 dans l’avion présidentiel qui l’emmenait à Tunis pour se faire soigner, a surpris et bouleversé diversement tout le Togo.

Ce général de l'armée a dirigé le Togo de main de fer de 1967 à 2005, soit pendant 38 ans.

Le 13 janvier 1963, à la tête d’un groupe de militaires alors qu’il était sergent, démobilisé de l’Armée française après des services en Indochine et en Algérie, Eyadéma Gnassingbé a réussi le tout premier coup d’Etat militaire en Afrique en attaquant le président Sylvanus Olympio, père de l’indépendance du Togo, devant l’ex-ambassade des Etats-Unis, au centre-ville de Lomé, où il tentait de se réfugier. Sylvanus Olympio fut tué.

Très jeune, Eyadema, après le coup d’Etat, donne le pouvoir aux civils et  le reprend le 13 janvier 1967 jusqu’à  son décès le 5 février 2005.

Considéré comme un dictateur par l’opposition et une grande frange de la population, il apparaît pour ses fans comme un  bienfaiteur et celui qui a sauvé le Togo de la division.

En 1969, il créa le Rassemblement du peuple togolais (RPT), parti unique au pouvoir jusqu’en 1991 et, suite à l'avènement de la démocratie dans la sous-région, il accepte le multipartisme mais réussit à garder le contrôle du pouvoir jusqu’en 2005 où, après sa mort, il fut succédé par son fils, Faure Essozimna Gnassingbé, suite à une élection controversée de mai 2005, soldée par des centaines de morts.

Pana 06/02/2014