AfriqueJet News & Informations

Actualités France | News et informations du jour Afrique

Ven10312014

Last updateJeu, 30 Oct 2014 7pm

Back Information News Afrique Ouest Actualités Océan Indien Les investisseurs gênés par l'administration publique à Madagascar

Les investisseurs gênés par l'administration publique à Madagascar

Economie - Madagascar recule progressivement dans le classement des destinations minières. La mauvaise gouvernance de la part des autorités publiques a été pointée du doigt.

Une chute importante

Madagascar continue de perdre des places dans le classement annuel des pays de destination des investissements miniers. Selon le classement de Fraser Institute dans sa publication annuelle «Survey of Mining companies», la Grande-Ile passe de 46ème sur 79 en 2010-2011, année de sa première intégration dans la liste, à 52ème sur 93 pays entre 2011-2012, et enfin à 90ème sur 96 en 2012-2013. Une situation sans surprise pour les acteurs intervenant dans le domaine minier. «Le climat des investissements miniers s'est dégradé. Des compagnies minières déjà en exercice ont été pénalisées par le gel de contrats de transfert et de transformation. Sur le terrain, les activités des compagnies ont ralenti, entraînant des pertes d'emploi. Cette situation a eu des impacts négatifs sur le planning des projets », note une source auprès d'une compagnie minière. « De telles situations ne sécurisent pas les investisseurs, car ces derniers voient leurs relations avec les différents partenaires financiers en dégradation ou totalement coupées. Les accords de partenariat étaient impossibles », poursuit-elle.

Corruption

Certains investisseurs se sont même plaints d'être victimes de racket. La gouvernance était, en effet, particulièrement critiquée pendant la période de transition. «La corruption et le racket ont dominé à ce moment-là. Ces fléaux ont touché le secteur minier, mais aussi d'autres secteurs porteurs », affirme un responsable auprès d'un projet minier. « Les compagnies chinoises ont été mises dans le même sac concernant le non-respect des lois sur l'exploitation minière. Or, ce n'est pas toujours le cas. Il y a celles qui veulent les respecter, mais le comportement de certains responsables rend le climat des investissements moins attractif. des secteurs clés sont mal gouvernés », indique Ndranto Razakamanarina, responsable auprès du conseil d'administration de l'Alliance Voahary Gasy. Ce dernier a lancé un appel au rétablissement d'une bonne gouvernance et au respect des textes en vigueur. «Le plus pour les environnementalistes est que les lois sont respectées. Les compagnies doivent se soumettre à la responsabilité sociétale et environnementale. Les compagnies qui s'implantent aussi dans le pays devront être légales », ajoute-t-il.

Pour Maplecroft, une autre institution de référence pour les investisseurs et les intervenants miniers, Madagascar fait partie des pays à risque élevé, juste après les pays à risque extrême que sont les pays en guerre comme le Centrafrique, l'Irak, la Syrie. Le classement inclut les risques à court terme tels l'État de droit, les violences politiques, la stabilité des régimes, le niveau de préparation en terme d'infrastructures. L'incertitude relative aux législatives existantes, la justice, le régime fiscal font partie des critères d'évaluation pour Fraser Institute.

Par Lantoniaina Razafindramiadana

L'Express de Madagascar/05/02/2014