Actualités en ligne

Actualité & Information France Afrique

Mar12232014

Last updateLun, 22 Déc 2014 10pm

Back Accueil Afrique Ouest Actualités Océan Indien Empêcher le trafic d'être humains

Empêcher le trafic d'être humains

Un expert de l'ONU attire l'attention des Seychelles sur le trafic d'êtres humains - Le rapporteur spécial de l'ONU sur le trafic humain, Mme Joy Ngozi Ezeilo, a exhorté mardi les Seychelles, une ile de l'Océan indien au large de la côte orientale de l'Afrique, à empêcher le trafic d'être humains, soulignant que le problème passe inaperçu en raison d'un manque de sensibilisation.

'L'ampleur potentielle du problème du trafic d'êtres humains dans le pays, ses tendances et son étendue semblent être sous estimées ou inconnues et doivent être examinées de plus près par le  gouvernement et les agences de sécurité', a-t-elle déclaré dans un communiqué publié à New York.

'Les Seychelles, une ile peu peuplée avec un énorme afflux de touristes et de travailleurs immigrés, n'est pas à l'abri des trafiquants et de leurs odieuses activités dans le monde globalisé d'aujourd'hui', a-t-elle ajouté.

Selon elle, le trafic d'êtres humains aux Seychelles est au mieux insidieuse et reste dissimulé en raison d'un manque de sensibilisation.

'Une preuve anecdotique montre l'existence de trafic d'êtres humains et que les Seychelles pourraient progressivement devenir un pays de destination pour le trafic comme pour l'exploitation sexuelle, surtout des filles en provenance de l'Europe de l'Est et également pour  d'exploitation sur le marché de l'emploi des travailleurs immigrés en provenance de l'Inde, de la Chine, de Sri Lanka, du Bangladesh, des Philippines, du Kenya, de Madagascar, entres autres pays', a déclaré Mme Ezeilo.

Elle a indiqué l'existence clairement affichée de la volonté politique de mettre un terme au trafic d'êtres humains aux Seychelles et a mentionné sa ratification des conventions internationales clés et la création de la commission nationale de lutte contre les trafic.

Elle a mis l'accent sur la promesse faite au cours de l'audience que lui a accordée le président, James Alix Michel, de lutter contre ce fléau.

'La préoccupation immédiate réside dans l'absence de cadre juridique et politique pour empêcher et combattre ce fléau', a ajouté l'expert de l'ONU.

Mme Ezeilo a exprimé ses regrets du fait que le gouvernement n'a pas encore criminalisé le trafic d'êtres humains ou mis en place des mesures dans les secteurs clés de l'économie tels que le tourisme et la pêche, pour décourager le tourisme sexuel, la prostitution des enfants et le trafic d'êtres humains dans le marché de l'emploi.

Elle a exhorté le gouvernement à accélérer le projet de loi contre le trafic pour remplir ses obligations internationales et établir un plan national d'action pour combattre ce fléau basé sur les droits de l'homme et une approche axée sur les victimes.

Elle a mis en exergue la nécessité de réunir des informations sur les tendances et manifestations de ce fléau, ses causes et conséquences, en collaboration avec les institutions de recherches et en étroite collaboration avec les organisations de la société civile et confessionnelles au niveau  international.

Mme Ezeilo, qui va rendre compte la Commission des droits de l'homme de l'ONU, va présenter un rapport détaillé sur la mission en juin 2014.

Pana 05/02/2014