AfriqueJet News & Informations

Actualités France | News et informations du jour Afrique

Mar09302014

Last updateMar, 30 Sep 2014 5pm

Back Information News Afrique Ouest Prise en charge des maladies cardiovasculaires

Prise en charge des maladies cardiovasculaires

Des cardiologues conseillent une prise en charge rapide - Le traitement des maladies coronariennes exige un temps de prise en charge rapide. Plus le malade perd du temps pour se faire soigner, plus il compromet ses chances de recevoir un traitement efficace. C'est ce qui ressort d'une table-ronde portant sur la prise en charge de l'insuffisance coronarienne aigüe.

Le Syndicat des médecins privés du Sénégal (Symeps), en collaboration avec les laboratoires Servier, ont tenu, vendredi dernier, une table ronde sur la « Prise en charge de l'insuffisance coronarienne aigüe ». Cette maladie, selon le Pr. Abdoul Kane, chef du service de cardiologie à l'Hôpital général de Grand-Yoff, renvoie à un déficit d'apport de sang dans les artères.

Ceci, poursuit-il, survient lorsqu'une artère est bouchée. Et dans ce cas, la personne atteinte ressent des douleurs dans la poitrine. Lesquelles, lorsqu'elles perdurent, provoquent une crise cardiaque.

L'universitaire soutient qu'au Sénégal, le système de prise en charge de l'insuffisance coronarienne n'est pas encore opérant. « L'électrocardiogramme n'est pas souvent disponible.

Et même si nous avons tous les outils, il y a une mauvaise organisation des soins et un manque criant de ressources humaines. Je pense qu'il faut des structures de proximité qui feront le diagnostic avant de référer les malades vers des spécialistes », dit-il. Abondant dans le même sens, le cardiologue Massamba Diop de Sos médecins explique aussi que cette maladie demande un traitement rapide.

« Sa prise en charge est possible au Sénégal, mais il faut aller très vite. Et pour cela, il y a une chaîne d'urgences à maîtriser. Donc, il faut sensibiliser davantage les populations sur les comportements à tenir en cas de survenue de l'insuffisance coronarienne », avance-t-il.

S'agissant de l'accès aux soins, Dr Diop souhaite une mutualisation des efforts pour permettre à chacun de pouvoir se soigner convenablement en cas de maladie. « La santé n'a pas de prix, mais elle a un coût. Il faut que chaque Sénégalais cotise un tout petit peu, même si c'est 200 FCfa par mois, pour une meilleure prise en charge de cette pathologie », lance-t-il.

Maguette Bâ, chirurgien spécialiste des maladies cardiovasculaires, préconise également la mutualisation des efforts pour un traitement adéquat des malades. « Je reçois des malades en France, et cette intervention est coûteuse.

Elle est facturée à environ 5 millions de FCfa. Ce qui n'est pas à la portée de tous les Sénégalais. Mon but aujourd'hui est que les malades se fassent opérer au Sénégal, parce que le tableau technique est là. Il faut juste créer les moyens. Les autorités doivent nous aider aussi », confie-t-il.

Dr Massamba Thiam, cardiologue à la clinique du Golf, avoue que seuls 10 % des Sénégalais ont droit à cet examen. Quant au Pr. Maboury Diao de l'hôpital Le Dantec, il révèle que la prévalence de cette maladie n'a pas cessé d'augmenter. Elle était de 5 % en 1988, mais a atteint la barre des 14 % en 2012.

Par Ndiol Maka Seck

Le Soleil/04/02/2014