AfriqueJet News & Informations

Actualités France | News et informations du jour Afrique

Ven10242014

Last updateVen, 24 Oct 2014 1pm

Articles

Maroc : Le MNLA est allé solliciter l’implication du Roi Mohammed VI

Crise au Nord du Mali - La présence du Mnla au Maroc, Bilal AG Cherif, secrétaire général du mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA), accompagné du porte-parole du mouvement, Moussa AG Attaher, à la prière du vendredi aux côtés du roi Mohammed VI, et la leur réception au Palais Royal de Marrakech, auront été les différentes phases d’un évènement qui a marqué les esprits le week-end dernier. Le mouvement rebelle du nord Mali souhaite une intervention du royaume dans le conflit qui les oppose au pouvoir du président Ibrahim Keita.

C’est la preuve que la crise malienne ne laisse pas indifférents non seulement ses voisins, mais bien d’autres pays amis et partenaires. Il apparait clairement que le Maroc n’est pas resté en marge de la recherche de solution pour la paix et la sécurité, mais qu’il y a eu des efforts soutenus et permanents (discrets), en vue du règlement de la crise. L’annonce solennelle du MNLA d’abandonner ses velléités indépendantistes, la lutte armée, et de s’inscrire dans la logique du dialogue et de la paix pour un Mali uni et indivisible, mais qui réclame la prise en compte de la spécificité d’ordre culturel, aurait été prise en compte par le Souverain.

L’audience accordée par le Roi Mohammed VI, ce vendredi 31 janvier 2014, au Palais Royal de Marrakech, à Bilal AG Cherif, secrétaire général du mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA), accompagné du porte-parole du mouvement, Moussa AG Attaher, s’inscrit « dans le cadre des efforts soutenus et permanents de Sa Majesté le Roi, en vue d’instaurer durablement la paix et la stabilité dans ce pays frère et de contribuer à un règlement de la crise malienne, et ce depuis son déclenchement, en janvier 2012 », indique un communiqué du Cabinet Royal.

Lors de cette audience, le Souverain a réitéré le souci constant du Royaume du Maroc de préserver l’unité territoriale et la stabilité de la République du Mali, ainsi que la nécessité de contribuer à une solution et à un compromis qui permettraient de lutter contre les mouvements intégristes et terroristes qui menacent la région du Sahel.

Le Roi Mohammed VI a encouragé le MNLA à « continuer à s’inscrire dans le cadre de la dynamique régionale, initiée par l’Organisation des Nations Unies et la CEDEAO, selon une approche réaliste et efficiente, à même de parvenir à une solution définitive et durable à la crise actuelle », précise le communiqué.

Le Maroc veut ainsi contribuer à un règlement de la crise malienne. Cette audience n’a toutefois pas été faite à l’insu de Bamako, qui aurait été mis au parfum de la démarche.

Le MNLA est-il sincère ? Les excellents rapports entre le Président IBK et le Roi Mohammed VI permettront-ils de désamorcer la crise du dialogue ? Les jours à venir nous le diront. La venue du MNLA à Bamako, les 2 et 3 février a-t-elle été inspirée par le Roi ? Selon certaines sources, les jours à venir réservent des  surprises. On sera également fixé par rapport à la position affichée par IBK de ne négocier qu’après le dépôt des armes, qu’il n’y aura ni autonomie ni indépendance, et que le siège des négociations sera Bamako, selon ces sources.

B. Daou

Le Républicain du 3 Février 2014