Actualités en ligne

Actualité & Information France Afrique

Dim12212014

Last updateSam, 20 Déc 2014 4pm

Back Accueil

Articles

Maurice: les 179 ans de l’abolition de l’esclavage à la une des journaux

Port-Louis, Maurice - Maurice a célébré, samedi et dimanche, le 179ème anniversaire de l’abolition de l’esclavage dans l’ile, avec une cérémonie officielle organisée à Le Morne, dans le sud-ouest de l’île.

La commémoration s'est déroulée au pied d'une montagne à Le Morne sur laquelle se cachaient des esclaves qui avaient fui la maison de leurs maitres, et a été marquée par une marche pacifique, une exposition et une cérémonie de dépôt de gerbes de fleurs sur les Monuments des esclaves érigés dans diverses régions de l’ile pour rendre hommage aux esclaves, emmenés dans l’ile, particulièrement du Mozambique et de Madagascar.

Comme chaque année, les médias – radios, télévision et presse écrite - ont tous rapporté cet événement, durant ce week-end, l'occasion de faire découvrir ou redécouvrir l'histoire et le vécu des esclaves à Maurice.

'Le Morne: un symbole' : C'est le thème choisi cette année pour célébrer l’abolition de l’esclavage.

Une nouvelle sculpture qui entoure le Monument des esclaves à Le Morne a aussi été dévoilée, de même qu’un 'Monument de la Route des Esclaves', œuvre du Sénégalais Ndary Lô.

L’hebdomadaire 'Weekend' rapporte le rassemblement des syndicalistes à Rose-Hill, à 20 km au sud de la capitale, sur le thème 'Non à l’accaparement et oui au soutien des personnes abandonnées'.

Selon ce journal, le président de l'Observatoire de la démocratie à Maurice, Jack Bizlall, a parlé des 25.000 travailleurs étrangers venant de Chine, du Sri Lanka, de l’Inde, du Bangladesh et de Madagascar qui travaillent dans l’ile, 'dans les mêmes conditions, sinon pires que nos ancêtres, les travailleurs engagés'.

'C’est quoi l’esclavage?', s’est demandé M. Bizlall qui a dit 'sous l’esclavage, notre corps ne nous appartient pas. Dans ce cas, est-ce que dans notre société actuelle, il n’existe pas de reliquat d’esclavage?'.

'Weekend' rapporte également la messe annuelle du 1er février pour commémorer cet anniversaire. Dans son homélie, l'évêque de Port-Louis, Mgr Maurice Piat, a déclaré que les lois ne suffisent pas pour panser les blessures de l'esclavage.

'Il faut parallèlement tout un travail d'entraide et de solidarité', a-t-il dit, cité par ce journal dominical.

Sur le plan politique, le Premier ministre Navin Ramgoolam, qui était à Le Morne, a parlé de la pauvreté en mettant l’accent sur les efforts qu’on doit faire pour progresser dans la vie. 'Il ne faut pas juste hurler', a-t-il dit, cité par l’express.mu.

Selon ce journal en ligne, M. Ramgoolam a dénoncé l’accaparement de la richesse par 'une poignée de personnes au détriment de la majorité de la population'.

Il a rappelé les facilités mises à la disposition des familles pauvres par l’Etat 'pour les aider à progresser'.  'La pauvreté ne doit pas être une fatalité dans notre pays', a insisté M. Ramgoolam.

Parlant de l’esclavage, le Premier ministre, cité par ce journal, s’est demandé: 'Comment des gens civilisés ont-ils pu infliger un traitement pareil à des humains?'. 'Ce sont les pratiques les plus sombres de l’histoire qui ont été abolies il y a 179 ans. Toutefois, si cette partie de l’histoire est impopulaire, elle est nécessaire pour construire l’avenir', a-t-il ajouté.

De son côté, 'Le Défi Quotidien' rapporte que le parti politique 'Les Verts Fraternels' a réitéré sa demande pour une compensation à être versée aux descendants d’esclaves.

Pour faire entendre sa voix, ce parti compte organiser des manifestations à travers le pays 'jusqu’à ce que les descendants d’esclaves obtiennent une compensation' car, déclare le leader de ce parti, Sylvio Michel, 'la compensation aux descendants d’esclaves doit être payée cette année'.

Pana 03/02/2014