Actualités en ligne

Actualité & Information France Afrique

Dim12212014

Last updateSam, 20 Déc 2014 4pm

Articles

Afrique: Interventions BAD pour les infrastructures

Financement des Infrastructures: La BAD dédie 60 pour cent de ses interventions aux infrastructures en Afrique - La Banque africaine de développement (BAD) consacre 60 pour cent de ses interventions dans les infrastructures en Afrique destinées à l’interconnexion des pays du continent, tout en aidant les Etats à tirer les leçons de ses différentes expériences pour faire face aux défis nouveaux, a indiqué, jeudi à Dakar, le vice-président de la banque, Mtuchi Ncube.

'Même si les infrastructures constituent 60 pc de nos interventions en Afrique, la BAD travaille à améliorer la résilience face au changement climatique et également à faire des pays enclavés, des pays interconnectés'', a dit M. Ncube, lors de l’atelier régional organisé par la banque sur le thème : 'L'évaluation au service de l’apprentissage. Cap sur la transformation: leçons de l’expérience'.

Cet atelier, qui prend fin ce vendredi, se déroule en panels sur 'Les défis et opportunités de développement dans les Etats fragiles', 'L'hydraulique urbaine et rurale', 'Les infrastructures et l'intégration régionale au service du développement' et 'Le développement du secteur privé'.

Il est organisé par le Département de l’évaluation des opérations de la BAD, en partenariat avec le Département régional pour l’Afrique de l’Ouest, le Bureau régional de Dakar et le Département de l’assurance qualité et des résultats de l’institution panafricaine.

'La BAD est certaine que si nous utilisons les résultats de nos expériences, le savoir et les connaissances que nous avons au niveau de la banque, on peut mieux concevoir nos projets. Grâce au suivi-évaluation, nous pouvons mesurer les résultats de nos actions en termes de changements de conditions de vies, mais c’est également ce qui permet de savoir l’efficacité de que nous avons réalisé sur le terrain', a indiqué son vice-président.

Le représentant-résident de la BAD au Sénégal, Mamadou Lamine Ndongo, a souligné l’importance de la politique de l’évaluation en expliquant qu’elle était 'un principe de base dans un contexte de raréfaction des ressources'.

Selon lui, il faut mener le plaidoyer pour l’évaluation et le partage des bonnes pratiques.

Présidant la réunion, le secrétaire général du ministère sénégalais de l’Economie et des Finances, Ngouda Fall Kane, a rappelé que 'l’Afrique était reconnue aujourd’hui comme étant le continent des opportunités futures et le réservoir de croissance pour le monde'.

'Cette perspective est du domaine du possible, mais nous devons être capables de tirer les leçons de nos expériences pour améliorer nos pratiques. Les praticiens du développement doivent par conséquent être prêts à tirer les leçons et à apprendre des bonnes et mauvaises expériences passées', a-t-il dit.

Depuis 1972, la BAD a investi 920 milliards de francs CFA au Sénégal.

Pour la période 2010-2015, sa stratégie d’assistance dans ce pays vise notamment l’intégration nationale et régionale en mettant un accent sur les infrastructures structurantes, l’amélioration du climat des affaires et le cadre d’appui à la diversification économique.

Pana 31/01/2014