AfriqueJet Actualités

Actualité & informations - Actualités Africaines

Ven08292014

Last updateVen, 29 Aoû 2014 7pm

Back Information News Afrique Ouest Actualités Rapport ONU sur l'accès à l'éducation

Rapport ONU sur l'accès à l'éducation

125 millions d'écoliers dans le monde n'ont pas une éducation de qualité, selon un rapport de l'ONU – Selon un rapport des Nations unies, environ 125 millions d'écoliers à travers le monde sont incapables de lire une seule phrase, même après quatre années de présence à l'école, ce qui représente une perte de l'ordre de 129 milliards de dollars par an.


Le rapport, publié mercredi, exhorte donc les gouvernements à recruter les meilleurs enseignants pour les plus défavorisés, si on veut atteindre l'objectif d'éducation universelle.

Le rapport, qui est l'œuvre de la structure indépendante, Education pour tous, mandatée par l'UNESCO, indique que la crise de l'éducation a des coûts non seulement pour l'avenir des enfants, mais aussi pour les finances actuelles des gouvernements.

'Environ 250 millions enfants n'apprennent pas les connaissances de base, même si la moitié d'entre eux a passé au moins quatre ans à l'école, le coût annuel de cet échec tournant autour de 129 milliards de dollars', selon le rapport qui note que dans presque un tiers des pays, moins de 75 pour cent des maîtres à l'école primaire ont été formés sur la base de normes nationales et environ 57 millions d'enfants ne fréquentent pas du tout l'école.

Le rapport propose quatre stratégies pour recruter les meilleurs enseignants afin de donner une éducation de qualité à tous les enfants: choisir les bons enseignants pour refléter la diversité des enfants et la  formation des enseignants afin d'aider les élèves les plus faibles depuis les petites classes.

Il préconise de lutter contre les inégalités par l'affectation des meilleurs enseignants dans les zones où les problèmes sont plus sérieux dans le pays.

Il suggère également aux gouvernements d'offrir aux enseignants des primes motivantes pour les maintenir dans la profession et pour s'assurer que tous les enfants reçoivent une éducation, quelles que soient leurs conditions.

La directrice générale de l'UNESCO, Mme Irina Bokova, apréconise un changement radical dans le financement.

'L'éducation de base est actuellement sous financée avec 26 milliards de dollars par année et l'aide continue de baisser. A ce stade les gouvernements ne peuvent pas se permettre tout bonnement de réduire les investissements pour l'éducation ou les bailleurs revenir sur leurs promesses de financements. Cela invite à explorer de nouvelles pistes pour financer les besoins urgents', estime la directrice générale de l'UNESCO.

Mme Bokova constate avec amertume que le monde va rater partout d'ici 2015 l'atteinte de l'objectif de l'enseignement primaire complet en faveur des enfants, garçons comme filles, qui est le deuxième objectif dans la lutte contre la pauvreté inscrite dans les Objectifs du millénaire pour le développement, (OMD).

Elle souligne la nécessité de rendre l'éducation essentielle à un programme de développement durable pour les décennies après 2015.

'Au fur et à mesure que nous approchons de 2015 et fixons un nouveau programme à suivre, tous les gouvernements doivent investir dans l'éducation comme moteur du développement inclusif.

'Le rapport montre clairement que l'éducation fournit l'état d'avancement pour l'atteinte de tous les objectifs de développement. Donnez une éducation à une mère et vous responsabilisez les femmes et sauvez des vies et vous transformez des sociétés et développez des économies', indique-t-elle.

Le rapport note qu'en 2011, environ la moitié des jeunes enfants avaient accès à l'enseignement préscolaire, mais seulement de 18 pour cent en Afrique au sud du Sahara.

'Le nombre d'enfants exclus du système scolaire était de 57 millions, dont la moitié vit dans les pays en conflit. En Afrique au sud du Sahara, seuls 23 pour cent des filles pauvres dans les zones  vont terminer leur cycle primaire d'ici la fin de la décennie.

'Si les récentes tendances dans la région continuent, les garçons les plus nantis vont terminer leur cycle primaire universel en 2021, mais les filles les plus pauvres ne pourront pas se rattraper avant  2086'.

Le rapport révèle également que la disparité n'est pas seulement l'apanage des pays développés.

Même dans les pays à revenu élevé, les systèmes d'éducation font défaut à des minorités significatives et les immigrés dans les pays développés sont également laissés en rade.

En conséquence, l'éducation des adultes s'est à peine améliorée.

En 2011, il y avait 774 millions d'adultes illettrés, soit une baisse de juste 1 pour cent depuis 2000.

'Le nombre va baisser de manière faible et passer à 743 millions, d'ici 2015. Presque deux tiers des adultes illettrés sont des femmes et les jeunes femmes les plus pauvres dans les pays en développement pourraient ne pas atteindre l'objectif d'éducation universelle d'ici 2072', avertit le rapport.

Pana 30/01/2014