25
Jeu, Aoû

Destruction d'ivoires au Giants Club Summit au Kenya

Société
Typographie

Protection des éléphants et rhinocéros d'Afrique - Dans le cadre du Giants Club Summit, une cérémonie de destruction de stock d'ivoires aura lieu vendredi au Kenya. Les autorités kényanes ont voulu marquer l'évènement par l'invitation de la présidente de la COP21, Madame Ségolène Royal, ministre français de l'Environnement.

Le Giants Club Summit est un organisme fondé par Monsieur Uhuru Kenyatta, le président du Kenya avec ses homologues du Botswana, du Gabon, de l'Ouganda et le soutien de l'OngSpace for Giants. L'objectif étant de protéger 40.000 éléphants d'ici à 2020 grâce aux actions de lutte contre le braconnage et la mobilisation des efforts des Chefs d'État de l'aire de répartition de l'éléphant, de dirigeants de grandes entreprises opérant en Afrique, et experts spécialistes de la protection de l'éléphant.

Lors de la cérémonie, il sera procédé à la destruction de près de 105 tonnes d'ivoires et 1,35 tonne de cornes de rhinocéros. Il s'agira de la plus grande cérémonie de destruction par le feu d'ivoires jamais organisée en Afrique.

Rappelons que cette importante quantité d'ivoires et de cornes de rhinocéros est le résultat de la campagne initiée par le gouvernement kényan consistant à offrir une amnistie à toutes les personnes qui apporteraient leurs ivoires et cornes pour destruction.

La présidente de la COP21 profitera de son séjour dans le pays pour se rendre à l'institut Wangari Maathai pour la paix et les études environnementales de l'université de Nairobi. Elle y rencontrera Madame Wanjira Maathai, directrice du Partenariat pour l'entrepreneuriat des femmes dans le secteur des énergies renouvelables.

Sous l'impulsion de Madame Ségolène Royal, la France a pris plusieurs mesures pour lutter contre l'augmentation du braconnage de l'éléphant et le trafic d'ivoire. Parmi ces mesures on peut citer :

- la suspension immédiate de la délivrance des certificats d'exportation d'ivoire brut par la France,
- l'appel aux autres États membres de l'Union européenne pour interdire à leur tour les exportations d'ivoire brut,
- la vigilance accrue pour les certificats de commercialisation sur le sol français,
- le renforcement de la coopération entre les services du ministère de l'Environnement et les douanes
- la relance du plan de coopération interministérielle pour améliorer la synergie entre services,
- l'adoption la loi de Reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages.