AfriqueJet Actualités

Actualité Afrique | Actualités & informations - Actualités Africaines

Jeu04242014

Last updateMer, 23 Avr 2014 9pm

Articles

Banque: Résultats du bureau régional de la BID

Banque islamique de développement (BID): Le gouvernement sénégalais salue les résultats du bureau régional de la BID - Le Premier ministre sénégalais, Mme Aminata Touré, a salué les résultats obtenus par le bureau régional de la Banque islamique de développement (BID), en présidant mardi à Dakar l'ouverture d'un Forum régional sur le bilan et les perspectives du Groupe de la BID, auquel participent les délégations de 17 pays africains.


Selon Mme Touré, le bureau régional de la BID, ouvert en 2007 dans la capitale sénégalaise, a 'largement contribué à rapprocher la banque de ses pays membres de l’Afrique sub-saharienne'.

Elle a saisi l'occasion pour féliciter le bureau pour l'excellence du travail fourni au profit des pays membres et son professionnalisme.

Cependant, Mme Touré a estimé que 'pour le bénéfice de ses pays membres, la BID devra favoriser une coopération multiforme, dynamique et  fructueuse', en renforçant sa coopération avec les institutions régionales ou sous-régionales comme la Banque africaine de développement (BAD), l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), etc.

Elle a également appelé la BID à renforcer  son rôle de catalyseur pour la mobilisation de ressources financières des pays du Golfe, des banques multilatérales de développement, des agences des Nations unies et des institutions financières telles que les principales banques et sociétés d'investissement recherchant des possibilités d'investissement, notamment en Afrique.

Pour le Premier ministre sénégalais, il s'agit aussi de mettre en place une stratégie qui permettra d’assurer une vulgarisation maximale de la finance islamique et accompagner surtout ses membres africains dans la mise en place de cadres juridiques et fiscaux adaptés à la finance islamique.

Début 2010, le Groupe de la BID lançait sa Stratégie de partenariat pays membres (SPPM), pour leur apporter des financements directs et des diagnostics scientifiques, mais également par la mobilisation des ressources, des partenariats stratégiques avec d’autres partenaires au développement.

En Afrique subsaharienne, a relevé Mme Touré, l'intervention de la BID a pour objectifs la réduction de la pauvreté, la promotion de la croissance économique durable et l’intégration régionale, à travers son Programme spécial pour le développement de l'Afrique (PSDA) et le Fonds de solidarité islamique pour le développement (FSID).

Le PSDA est le prolongement  du 'Cadre de coopération de la BID avec l'Afrique (2003-2007)', en vue de consolider et d'intensifier les acquis réalisés par le programme précédent, dans les domaines des infrastructures, de l'agriculture et de la sécurité alimentaire, ainsi que les secteurs sociaux, la santé, l'éducation et l'eau potable.

Le montant de son financement a été chiffré à 12 milliards de dollars américains, dont quatre milliards qui devaient provenir de la BID et huit milliards à mobiliser auprès des autres partenaires et gouvernements des pays bénéficiaires.

'Nous nous réjouissons que la BID ait respecté son engagement car un financement de plus de cinq milliards de dollars a été approuvé, dans le cadre du PSDA', a souligné le Premier ministre du Sénégal, signalant que le FSID, mis en place sous la forme d’un Waqf, avec un capital cible de 10 milliards de dollars américains, octroie des financements concessionnels aux pays membres les moins avancés dont la majorité se trouvent en Afrique.

Outre le PSDA et le FSID, le Groupe de la BID a mis en œuvre le Programme d'éducation bilingue (PEB), le Programme de lutte accélérée contre le paludisme, le Programme de lutte contre la cécité et la Déclaration de Djeddah en matière de sécurité alimentaire, des instruments destinés à ses pays membres africains.

'Les résultats de ces programmes ont été louables, allant de l'augmentation des taux de fréquentations scolaires au Niger à la restauration de la vue en faveur de près de 9.000 mal voyants opérés de la cataracte dans huit pays (d'Afrique)', a souligné Mme Touré.

Le président de la BID, Ahmad Mohamed Ali, a dit l'ambition de la Banque de 'se hisser au statut prestigieux d’institution de classe mondiale, pour devenir le partenaire au développement le plus crédible, le meilleur client et le meilleur lieu de travail et le meilleur exemple en tant que institution modèle fondée sur le respect des valeurs et le partage de connaissances'.

'Le statut d’entreprise de classe mondiale signifie pour la Banque qu’elle doit allier l’excellence de la performance avec la capacité de se rapprocher davantage de ses clients en s’adossant sur les principes de l’Islam, en contribuant de manière significative au développement humain global et à la réaffirmation de la dignité du monde musulman', a-t-il expliqué.

A cet égard, le président de la BID a indiqué que la Banque devait se doter de moyens de renforcer sa position de chef de file dans le domaine du développement international en capitalisant l’expérience qu’elle a réussie au contact de la Ummah.

Pana 29/01/2014