30
Mar, Aoû

Diabète : prévalence au Burkina Faso et au Congo

Santé
Typographie

A l'occasion de la Journée mondiale du diabète, le ministère de la santé du Burkina Faso a publié le chiffre de la prévalence du diabète dans le pays. Il estime de taux de prévalence de cette pathologie à 4,9%. Trouble de l’assimilation, de l’utilisation et du stockage des sucres apportés par l’alimentation, le diabète se caractérise par un taux de glucose élevé dans le sang (glycémie). Il peut être de type 1 ou de type 2, lié à une insuffisance ou une mauvaise utilisation de l'insuline par l'organisme.

Selon le ministère burkinabè de la Santé 'Au Burkina Faso, la prévalence du diabète est estimée à 4,9% (5,2% chez les hommes et 4,7% chez les femmes)' et aurait été l'auteur de près de 1,5 million de décès au cours de l'année 2012.

La Journée mondiale du diabète a été célébré cette année par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sous le thème 'Soyez plus forts que le diabète' au vu de la progression extrêmement rapide de la pathologie au niveau mondial avec une accélération de plus en plus spectaculaire dans les pays à revenus limités.

Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) un mode de vie sain, le maintien d’un poids normal, la pratique régulière d'un activité physique et une alimentation saine sont les conditions indispensables pour que le diabète ne devienne pas la septième cause de décès dans le monde à l'horizon 2030.

Au Congo, une enquête réalisée conjointement par les autorités Congolaises et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a estimé le taux de prévalence du diabète dans ce pays à 7%. Maintenant il semblerait assez urgent que la sensibilisation emboîte le pas aux discours de bonne intention.

Selon un communiqué 'L’objection de cette sensibilisation est de réduire la progression de cette maladie qui commence à affecter silencieusement toutes les couches de la société congolaise et qui, selon l’enquête réalisée conjointement par l’OMS et le ministère congolais de la Santé et de la Population en 2013 a un taux de prévalence de 7 pour cent'. Aussi, 'L’évolution de cette maladie au Congo tend à faire d’elle un problème de santé publique, tant son traitement coûte encore les yeux de la tête. L’insuline, qui est le traitement d’appoint de cette maladie, coûte très cher dans le pays, un flacon de 10 ml est vendu à plus de 7.800 FCFA, alors que sous d’autres cieux, le même flacon n’est vendu qu’à un coût dérisoire de 700 FCFA.'