29
Lun, Aoû

Sommet Europe-Turquie à Bruxelles sur la crise migratoire

Monde
Typographie

Pour trouver la meilleure solution possible à la gestion de la crise migratoire liée aux flux massifs de centaines de milliers de réfugiés venus de Syrie, d'Irak, d’Afghanistan, ainsi que de la Corne de l'Afrique via la Turquie, les 28 chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne se réunissent jeudi et vendredi à Bruxelles en Belgique.

Cette rencontre au sommet tentera de finaliser un projet d'accord (très critiqué de part et d'autre) avec la Turquie pour apporter une solution à la crise des migrants. Un des points clés de ce projet d'accord stipulerait que tous les nouveaux migrants arrivant sur les îles grecques seraient renvoyés vers la Turquie. Parallèlement, pour chaque migrant Syrien renvoyé vers la Turquie, un autre Syrien serait 'réinstallé' dans l'Union Européenne.

Ce Sommet sera également l'occasion pour les dirigeants Européens de se pencher sur une liste de hauts responsables politiques libyens susceptibles d'être sanctionnés au niveau international.

Les personnalités Libyennes qui seront retenues sur cette 'liste noire' sont celles accusées d'entrave au processus de paix engagé en Libye depuis plusieurs mois.

Monsieur Martin Kobler, l'Envoyé spécial de l'ONU dans le pays s'est prononcé pour que 'des sanctions soient prises contre les responsables libyens qui s'illustrent par leur capacité de perturbation et de nuisance, y compris dans le cadre autonome européen'.

Pourraient se retrouver sur cette liste les responsables politiques suivants : Monsieu Nouri Abou Sahamein, président du Parlement de Tripoli, (non reconnu par la comunauté internationale) et Monsieur Khalifa al-Ghweil ,chef du gouvernement de salut Tripoli et Aguila Saleh, président de la chambre des Représentants de Tobrouk (reconnue par la communauté internationale).

Outre une interdiction de visa d'entrée en Europe, ces personnalités risquent également la saisie de leurs biens et avoirs sur le continent Européen.

AfriqueJet