23
Dim, Avr

Un Fonds de garantie au financement des PME au Congo

Économie
Typographie

Brazzaville, Congo - Le comité de pilotage du Projet d'appui institutionnel pour l'amélioration du climat des affaires vient de se réunir à  Brazzaville pour examiner les modalités de création du Fonds d'impulsion de garantie et d'accompagnement des PME, annonce dimanche la radio publique. Ce fonds dont le montant reste à fixer vise à assister 12.000 PME congolaises en cas de difficultés de remboursement auprès des établissements de crédit.

Afin de parvenir à la mise en place de cet établissement financier de garantie, le gouvernement congolais, à travers le ministère des PME et de l'Artisanat, a mandaté un groupe d'experts du cabinet Ernst Young pour mener l'étude de faisabilité.

Ces experts ont dévoilé le contenu de leur rapport d'étude lors du comité de pilotage présidé par la ministre des PME, Yvonne Adélaïde Mougany.

L'étude s'est surtout inspirée de l'échec du Fonds de garantie et de soutien (FGS) aux PME qui en trente ans d'existence n'a jamais exercé sa mission de garantir le remboursement des crédits.

Plutôt de chercher à transformer l'actuel Fonds, l'étude préconise la création d'un nouveau modèle qui prendra la forme d'une société anonyme de droit privé, dotée d'un capital avec une participation minoritaire de l'Etat, ce qui permettra de favoriser la participation majoritaire des banques privées et des institutions financières telles que la Banque africaine de développement (BAD) qui est aussi partie prenante.

Pour la ministre Yvonne Adélaïde Mougany, le Fonds sera comme une sorte d'incubateur d'accès au financement des PME auprès des banques de crédits et facilitera également le recrutement de professionnels et  le renforcement des capacités managériales.

On ignore encore la date de lancement effectif du projet en gestation, des préalables étant requis, mais la ministre a souligné la détermination du gouvernement à créer un Fonds qui répond aux missions d'impulsion, de garantie et d'accompagnement des entreprises locales.

La prochaine étape consistera, selon les parties prenantes, en l'organisation d'une série de tables-rondes avec l'association des banques et l'ensemble des banques commerciales, avec le secteur privé, les bailleurs de fonds tels que la Banque mondiale, la BAD, BIP France, AFD, ainsi qu'une table-ronde avec tous les ministères concernés.

PanaPress