23
Dim, Avr

La Banque africaine de développement en France

Économie
Typographie

BANQUE FRANCE – Une réunion sur la stratégie de la Banque africaine de développement (BAD) réunira mardi à Paris, au siège du Mdef-International, M. Khaled Sherif, vice-président Développement régional de l'institution africaine et les hommes d'affaires français, a appris la PANA, lundi, de source officielle.

Khaled Shérif présentera en particulier aux hommes d'affaires français l'initiative '10.000 communautés en 1.000 jours', une approche novatrice visant à mettre à la disposition des communautés les plus pauvres vivant dans des contextes de vulnérabilité, des technologies innovantes, essentiellement dans le domaine de l'énergie, moyennant la mobilisation de techniques de financement originales.

Le responsable de la BAD va rencontrer les opérateurs du secteur privé français qui pourraient être intéressés à jouer un rôle particulier dans le développement du continent africain en partenariat avec l'institution financière africaine.

L'action de la BAD, a indiqué le Medef International à ses adhérents, se décline en cinq priorités pour lesquelles les entreprises françaises pourraient jouer un rôle particulier.

Il s'agit d'éclairer l'Afrique et de l'alimenter en énergie, à travers un 'New Deal' avec un investissement de 12 milliards de dollars de la BAD sur ses ressources propres dans le financement de l'énergie au cours des cinq prochaines années et de nourrir l'Afrique, en développant l'agriculture et l'agro-industrie, secteur dans lequel les investissements du Groupe de la Banque devraient quadrupler, passant des 612 millions dollars en moyenne par an à 2,4 milliards dollars.

Il s'agit également d'industrialiser l'Afrique en encourageant la diversification des économies, avec un objectif d'une augmentation de 130% de la contribution de l'industrie au PIB du continent et d'intégrer le continent en favorisant le développement régional, par le biais d'un renforcement des infrastructures régionales, de la promotion du commerce intra-africain et de l'investissement et de la facilitation de la circulation des personnes à travers les frontières.

Parmi les priorités de la BAD, il y a l'amélioration de la qualité de vie des populations africaines à travers la création de 25 millions d'emplois, le renforcement des compétences cruciales, l'élargissement de l'accès à l'eau et à l'assainissement et le renforcement des systèmes de santé.

Créée en 1964 et basée à Abidjan, la BAD est la première institution financière de développement en Afrique dont le financement en 2015 se chiffre à plus de 10 milliards dollars dont la moitié est drainée vers les infrastructures.

PanaPress