26
Lun, Sep

Des entreprises arnaquées sur internet en ligne à partir du Nigeria

Économie
Typographie

Sécurité e-mails et courriers entreprises en ligne - La Commission économique et de la criminalité financière nigériane (EFCC) a menée une opération conjointe avec l'organisation internationale de police (INTERPOL) afin de mettre fin aux agissements du chef d'un réseau criminel international impliqué dans des milliers de fraudes en ligne.

Soixante (60) millions de dollars américains, tel est le montant estimé du préjudice causé par ce réseau dirigé par un citoyen Nigérian âgé d'une quarantaine d'année répondant au nom de 'Mike'. Les victimes se compteraient par centaines à travers le monde entier.

La stratégie du réseau d'escrocs en ligne opérant du territoire du Nigeria consistait à compromettre les comptes de messagerie de petites et moyennes entreprises dans le monde entier. D'autres sociétés ou entreprises traitant avec les premières victimes se retrouvaient elles aussi dans la même situation.

C'est ainsi que, selon INTERPOL, des victimes ont été recensées notamment en Australie, au Canada, en Inde, en Malaisie, en Roumanie, en Afrique du Sud, en Thaïlande et aux Etats-Unis.

Les personnes impliquée dans ces malversations, ayant tous fourni des logiciels malveillants et effectué les fraudes, seraient au nombre de 40 reparties entre le Nigeria, la Malaisie et l'Afrique du Sud.

Des détails de comptes bancaires auraient été mis à la disposition du cerveau présumé par certains de ses contacts pour blanchiment d'argent et flux illicites de trésorerie en Chine, en Europe et aux États-Unis.

L'arrestation du chef de la bande a eu lieu à Port-Harcourt dans le sud du Nigeria. La saisie et l'examen des appareils se trouvant en sa possession a permis de découvrir qu'il avait été impliqué dans une série d'activités criminelles, des compromis d'affaires sur e-mail (BEC) et des arnaques de romance.

Accusés de piratage, de complot et obtention d'argent sous de faux prétextes, les intéressés sont actuellement en liberté sous caution administrative du fait que l'enquête se poursuit.

Deux principaux types d'escroquerie étaient utilisés par le réseau pour cibler les entreprises :

- la fraude de paiement par réacheminement : courriels compromis et faux envoyés à l'acheteur avec des instructions pour le paiement à un compte bancaire sous le contrôle du criminel.
- la fraude du PDG : compromettre le compte de messagerie d'un cadre de haut niveau et demander un virement sur un compte bancaire détenu par le criminel.

Selon le chef de la section Cybercrime de l'EFCC, Monsieur Abdul Chukkol : 'Nous avons déclaré pendant longtemps que pour être efficace, la lutte contre la cybercriminalité doit compter sur des partenariats public/privé et la coopération internationale... Le succès de cette opération est le résultat d'une coopération étroite entre INTERPOL et l'EFCC, dont la compréhension de l'environnement du Nigeria a permis de perturber le réseau de l'organisation criminelle qui traverse de nombreux pays, ciblant les particuliers et les entreprises'.