AfriqueJet News & Informations

Actualités France | News et informations du jour Afrique

Mer10012014

Last updateMer, 01 Oct 2014 1pm

Risques de conflits religieux en Centrafrique

Un responsable onusien prévoit des risques de conflits religieux en RCA – Le  Secrétaire général adjoint aux Affaires politiques de l’ONU, Jeffrey Feltman, a prévenu que la République Centrafricaine ( RCA) risque d'être confrontée au danger, à long terme, d'une polarisation autour du conflit entre religions.


Soulignant que la situation pourrait se propager au-delà des frontières du pays et déstabiliser ainsi l'ensemble de la région, M. Feltman a indiqué que depuis que la violence communautaire a éclaté le 5 décembre 2013, plus de 750 blessés ont été enregistrés dans la capitale Bangui.

«L'accès aux quartiers résidentiels de Bangui est contrôlé soit par des points de contrôle «anti- chrétien » ou « anti- musulman », tenus  par des civils armés', a-t-il précisé, ajoutant que les localités telles Bossangoa, Bouar, Bozoum et Paoua, entre autres, sont victimes d’atrocités quotidiennes, y compris des affrontements directs entre chrétiens et musulmans.

Révélant que le danger d'une escalade vers une violence continue basée sur des critères religieux demeure réelle, l'expert onusien a fait remarquer que c'est la première fois dans l'histoire de la RCA que des gens se sentent obligés de fuir le pays en raison de leur religion.

En effet, des pays voisins, dont le Cameroun, le Tchad, la Côte d'Ivoire, le Mali, le Niger, le Nigeria et le Sénégal, ont rapatrié des dizaines de milliers de leurs citoyens, la grande majorité étant des musulmans.

' La violence et les atrocités en RCA doivent cesser. Les personnes en position d'autorité ou d'influence doivent faire plus pour mettre fin à la violence et aux violations graves contre des civils, y compris les enfants', a-t-il martelé.

M. Feltman a aussi demandé que les attaques contre le personnel humanitaire et l'utilisation d’espaces civils tels que les écoles et les hôpitaux à des fins militaires doivent également cesser.

'Je demande au Conseil de rappeler à nouveau à toutes les parties au conflit, leurs responsabilités en vertu du droit  international humanitaire et des droits de l'homme et de  veiller à ce que tous les responsables de violations soient  traduits en justice», a-t-il menacé.

Selon lui, l'incapacité des autorités de transition à lutter contre les  violations répandues des droits de l'homme et les violations contre les chrétiens au cours de l'année écoulée a contribué à la transformation progressive de groupes d'auto-défense locaux, anti-Balaka, en une rébellion.

' En raison de sa composition à majorité musulmane, les exactions de la Séléka contre les populations chrétiennes en RCA ont été rapidement interprétées comme un conflit religieux, opposant les musulmans aux chrétiens', a ajouté le responsable de l'ONU.

Soulignant que la frustration des communautés musulmanes en RCA est le résultat de plusieurs années de marginalisation par les gouvernements successifs depuis l'indépendance du pays acquise il y a plus de 50 ans, M. Feltman explique par exemple, que bien que la communauté musulmane représente environ 20% de la population totale, aucune fête musulmane n’est observée officiellement par le pays.

Pana 08/01/2014