AfriqueJet Actualités

Actualité Afrique | Actualités & informations - Actualités Africaines

Jeu04172014

Last updateJeu, 17 Avr 2014 12pm

Persistance de la crise pétrolière en Libye

La persistance de la crise pétrolière en Libye à la Une des journaux - La persistance de la crise pétrolière en Libye, marquée par la fermeture des ports pétroliers et les tentatives de ravitaillement par des bateaux étrangers de manière frauduleuse du pétrole et les initiatives destinées à trouver des solutions à l'impasse politique qui prévaut dans le pays constituent les principaux sujets abordés par les quotidiens libyens parus ce mardi.


Le journal 'Février' s'est intéressé à la nouvelle tournure prise par la crise du pétrole avec les tentatives, faites par des bateaux, de se ravitailler et d'exporter du pétrole 'de manière illégale', soulignant, à cet égard, l'intervention des forces de la Marine libyenne, dimanche dernier, pour empêcher un tanker battant pavillon maltais d'entrer dans le port d'exportation d'al-Sédra (Est).

Dans le même registre, le journal a publié un communiqué de la Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) pour expliquer les tenants et les aboutissants de l'incident, précisant que l'intervention des forces de la Marines a été effectuée à la suite 'd'informations obtenues par  le gouvernement sur les tentatives d'un bateau pétrolier d'entrer dans les eaux territoriales libyennes en face du port d'al-Sedra en coordination et en collaboration avec des entités illégales afin de se ravitailler, de manière frauduleuse, en brut'.

La Marine libyenne a empêché le bateau d'entrer dans le port en exécution de 'l'Etat de force majeure' décrété pour la protection des terminaux pétroliers de Ras Lanouf, d'al-Sedra et de Zueitina et surtout que le tanker n'avait aucun lien avec l'autorité légale habilitée à exporter le brut libyen, à travers la Compagnie nationale libyenne de pétrole, écrit le journal, qui ajoute que le propriétaire du bateau a été averti de la situation illégale de son navire pour entrer dans les ports libyens.

De son côté, le journal 'Libye infos' a révélé que le ministre libyen du Pétrole, Abdel Bari al-Aroussi, a reçu l'ambassadeur maltais en Libye à la suite de cet incident et l'a tenu informé que les autorités libyennes 'resteront fermes dans la défense et la protection de la souveraineté des ports pétroliers'.

Sur le plan politique, des journaux se sont intéressés aux initiatives faites par des personnalités nationales et des entités politiques destinées à sortir de l'impasse politique dans laquelle se trouve le pays après la décision du Congrès national général de prolonger son mandat au-delà de la date fixée par la déclaration constitutionnelle provisoire.

A cet égard, le journal 'al-Hayat' a abordé l'initiative présentée par le président de l'ex-Conseil national de transition, Mustapha Abdel Jalil, pour affirmer que; 'le fond de l'initiative est proche de celle adoptée en Egypte'.

Selon le journal, cette initiative prévoit la création d'un conseil présidentiel qui va conduire les affaires pour le reste de la période de transition. Il sera composé de sept membres dont le président de la Cour suprême et quatre membres élus du Congrès national général et une personnalité représentant les intellectuels ainsi qu'une femme.

A propos du même sujet, le quotidien 'La Nouvelle Libye' a publié le texte de l'initiative présentée par le Parti de la justice et de la construction, deuxième grand bloc au Congrès national général, pour régler les différentes questions d'ordre sécuritaire, politique et social. 'L'initiative tourne essentiellement autour du retrait des armes, de la dissolution des milices et de la relance de la réconciliation nationale en proposant aux victimes de l'ancien régime trois choix entre l'application des mêmes sanctions contre les auteurs d'actes de violence contre elles ou leurs parents, le pardon et l'indemnisation', selon le journal.

La proposition du Parti de la justice et de la construction concerne aussi la révision de tous les textes législatifs adoptés sous l'ancien régime, par l'ex-Conseil national de transition ou encore par le Congrès national général. La nécessité de retirer la confiance au gouvernement actuel dont la mission sera confiée à une autre équipe dirigée par une personnalité nationale compétente et l'amélioration du travail du Congrès national général figurent aussi au nombre des propositions faites par le parti, selon le journal.

Abordant le processus politique en vigueur actuellement dans le pays, le journal 'Rawassi' a mis en exergue les déclarations du président de la Haute commission nationale électorale, Nouri al-Abaar qui a tiré la sonnette d'alarme, affirmant que la 'vie politique dans son ensemble sera en danger le 7 février, date de la fin du mandat du Congrès national général'.

'Si les parties en conflit continuent de mettre en avant leurs intérêts personnels au détriment de l'intérêt national et si on ne parvient pas à un accord sur une feuille de route, c'est tout le processus politique et électoral qui risque d'éclater', a notamment averti le quotidien.

Pana 08/01/2014