Economie Gabon

ECONOMIE - Les perspectives de développement économique pour le court terme demeurent difficiles pour le Gabon au vu de sa croissance globale attendue à près de 1 pour cent en 2017, a annoncé la mission du Fonds monétaire international (FMI) qui a bouclé mercredi ses discussions avec les autorités de Libreville sur les perspectives de développement économique du pays.

'Malgré la morosité des perspectives de développement économique, certains indices montrent que l'économie a commencé à se stabiliser au cours du premier semestre de 2017', a annoncé le chef de la mission, Alex Segura-Ubiergo, qui a souligné que le secteur pétrolier a profité de la hausse des cours du pétrole au niveau international depuis sa chute en début
2016.

'En outre d'autres secteurs des ressources minières telles que le manganèse, le bois et l'agro-business se développent rapidement et la construction affiche des signes de plus grande résilience que prévu', a--il indiqué.

Des données provisoires des registres des douanes indiquent que la croissance dans les industries extractives du Gabon ont stimulé les exportations de 38 pour cent sur l'ensemble de l'année en fin juin, alors que les importations ont chuté de 21 pour cent.

'Cette amélioration de la balance commerciale a permis d'atténuer la baisse pour les réserves internationales imputée du pays auprès de la Banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC). Néanmoins, l'économie est toujours confrontée à de nombreux problèmes. Les secteur commercial et des services sont en récession et les dépôts et les crédits au niveau des banques pour l'économie ont chuté', a souligné M. Segura-Ubiergo.

La mission du FMI a annoncé que les arriérés constituent un frein à l'activité économique au Gabon malgré l'engagement pris par le gouvernement d'y remédier rapidement.

Le Conseil d'administration du FMI a approuvé le 19 juin 2017, un accord élargi à hauteur de 642 millions de dollars américains dans le cadre du mécanisme élargi de crédit pour le Gabon, pour appuyer le programme de développement à moyen terme du pays.

Le programme va aider le Gabon à restaurer sa stabilité macro-économique et à jeter les bases d'une croissance inclusive. Il a pour but d'atteindre la soutenabilité de la dette au niveau national et à contribuer à restaurer et à préserver la stabilité extérieure pour l'Union économique et monétaire de l'Afrique centrale.

La décision du Conseil d'administration a permis un décaissement de 98,8 millions de dollars américains alors que le reste du  montant sera décaissé suivant l'évolution du programme qui sera soumis à des examens semestriels.

A la fin de la visite, M. Segura-Ubiergo a indiqué que depuis 2014, la réduction des cours du pétrole au niveau international a été associée à la baisse de l'activité économique au Gabon, à la grande baisse des exportations de pétrole et des recettes fiscales et à la détérioration de la balance des  paiements.

'La mission a encouragé les autorités à poursuivre les réformes afin d'accroître la collecte des recettes non pétrolières, surtout au niveau de la douane où les performances sont à la traîne', a-t-il déclaré.

Selon M. Segura-Ubiergo, des efforts accrus dans la collecte des recettes devraient permettre de protéger les dépenses dans les programmes essentiels en matière de santé, d'éducation et de protection sociale en faveur des couches vulnérables de la population.

Il a en outre, affirmé que le fait de rétablir la confiance dans l'économie va exiger de fréquentes communications avec les acteurs et des avancées significatives dans la mise en oeuvre du plan envisagé par les autorités pour éponger les arriérés.

PanaPress

  • Algérie: le déficit commercial en recul

    Le déficit commercial de l'Algérie a reculé à 6,17 milliards de dollars sur les 7 premiers mois de 2017 contre un déficit de 10,61 milliards de dollars sur la même période de 2016, soit une baisse de 4,44 milliards de dollars correspondant à une chute du déficit de 42%, a indiqué, mardi, une source proche des Douanes.

  • Internet: point d'interconnexion Internet Angonix

    Le point d'interconnexion Internet (IXP), Angonix, basé à Luanda en Angola, est devenu le troisième plus grand en Afrique, annonce, mercredi, un communiqué à la PANA. Deux ans après sa mise en activité en mars 2015, Angonix a atteint, en fin juillet 2017, un pic de trafic à 10,8 Go/s pour devenir une force compétitive en Angola et dans la région subsaharienne.

  • SIDA: dépistage désormais obligatoire en Zambie

    Le dépistage pour le Vih/Sida est devenu désormais obligatoire dans les institutions de santé publique comme le gouvernement zambien envisage d'empêcher des pertes supplémentaires dues à cette pandémie qui a coûté la vie à des milliers de personnes depuis le milieu des années 1980, a annoncé le Président Edgar Lungu.

  • Sécurité: attentat contre un restaurant à Ouagadougou

    L'Organisation pour la Coopération islamique (Oci) a condamné avec vigueur l'attentat-suicide perpétré lundi contre un restaurant à Ouagadougou, faisant au moins 18 morts et des dizaines de blessés.

  • Banque: 2 banques privées ghanéennes font faillite

    Deux banques privées ghanéennes ont fait faillite et la banque centrale a approuvé une transaction avec la banque nationale Gcb Bank Ltd qui transfère tous ses dépôts et actifs sélectionnés à la Gcb Bank Ltd.