29
Jeu, Sep

Préservation de la biodiversité au Congo

Actualité
Typographie

L’économie forestière et le développement durable ne peuvent se passer de la recherche scientifique. C'est à partir de ce constat que l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) envisage de soutenir le Congo à renforcer sa politique en matière de préservation de la biodiversité couplée à la recherche scientifique.

C'est en tout cas ce qu'a annoncé le Pr Mama Pléa, le conseiller régional de l’Organisation des Nations-unies pour l’éducation, à la sortie d’un entretien avec Monsieur Henri Djombo, le ministre congolais en charge du Développement durable.

La réalisation de cet objectif passerait par le canal d'un projet visant à améliorer la gouvernance en matière de science, technologie et innovations, avec pour principale finalité la dotation du pays d’une stratégie nationale en matière de préservation de la biodiversité ainsi que le renforcement du lien entre tous les compartiments intervenant dans la recherche scientifique et les innovations technologiques.

Rappelons que l’UNESCO dispose de Dimona et Odzala au Congo, deux Aires protégées et véritables réserves de biosphère avec le statut de biosphère de l’Organisation des Nations Unies (ONU).

Il s'agira donc d'étendre la recherche à vocation scientifique dans le département de la Sangha au nord du pays sur un site classé Patrimoine mondial de l’UNESCO. Des Aires protégées donc 'avec des instruments de l’UNESCO qui, en fait, constitue non seulement la conservation de la biodiversité, mais aussi pour le développement durable, c’est-à-dire, un développement au profit de la population' a déclaré le Pr Mama Pléa.

AfriqueJet